Le sport médicament : visite à « MonStade »

J’ai en l’opportunité d’aller visiter une structure medico-sportive innovante et qui à mon avis est un précurseur de ce qui va se généraliser dans les années à venir. Il s’agit de MonStade.

Fred Brossard, bloggeur runner émérite et prolifique sur runners.fr et autres média sociaux y a été et a fait un post dessus. J’y suis allé à travers une connaissance commune, et un des dirigeants, Stéphane Suzzoni m’a très gentiment reçu et expliqué leur approche et leur philosophie.

Quand on voit les blouses blanches et les appareils de musculation une fois la porte passée, on se doute qu’il va être question de sport et de santé. D’ailleurs le profil du staff médical ne laisse pas de doute sur le sujet !

Du sport, du sport !

Mon intérêt premier était de voir ce qu’ils proposaient en terme de bilan sportif.

On sait que la course à pied est un sport qui se quantifie assez bien, et j’ai moi même fait plusieurs tests VMA, avec un point culminant avec mon marathon couru comme cobaye pour le LEPHE, le laboratoire de Véronique Billat (maintenant sur Facebook :-)), qui est sans doute une des meilleures spécialistes mondiales de la physiologie de l’effort d’endurance.

Quand on est geek, qu’on a couru un marathon avec 2 kilos de matos sur le dos et un masque,

On respire, on respire !

On respire, on respire !

qu’on fait des tableaux excel avec ses vitesses de course, le test VMA avec plots tous les 50 mètres et sifflet (qu’on confond avec les coups de sifflet du match de foot sur le terrain voision …) est certes un peu low-tech. Je sais, une mesure plus précise ne fait pas courir plus vite,  mais quand même !

Alors, je vais expédier assez rapidement l’aspect « mesure physiologique et conseil pour le sportif de haut niveau – ou le coureur du dimanche », qui a été bien couvert par Fred Brossard dans son post. Les installations sont remarquables de modernité. Il y a un vrai scanner pour calculer la masse grasse / maigre / osseuse membre par membre, plus hi-tech et précis que mes calipers. Bon, la masse grasse, ça se voit aussi assez facilement à l’oeil nu aussi 🙂 et je n’ai pas besoin de passer dans un scanner pour savoir que j’en ai trop. Il y a un super tapis de course et un vélo avec masque pour la mesure de consommation d’oxygène. L’intérêt, réel, par rapport à un test de VMA tout bête, est double :

  • La mesure du rapport inspiration / expiration des gaz permet de savoir précisément la part de consommation de glucides et de lipides dans l’effort;
  • La prise de sang à chaque étape d’effort permet de mesurer précisément le taux de lactates et donc le fameux « seuil » (niveau d’effort à partir duquel la production de lactates est supérieur à sa consommation) qui est le paramètre le plus facile (et important) à optimiser par l’entrainement pour améliorer ses performances sur des courses longues.

Avec un test VMA classique, ces deux aspects sont tirés de statistiques, ici on peut avoir une information très précise et donc savoir exactement le type d’entrainement à faire pour améliorer ses performances.

MonStade amène une autre information importante : des machines des musculation qu’on peut calibrer à la centaine de grammes (Keiser, elles marchent au gaz comprimé, pas avec des poids) vont permettre de mesurer la force des cuisses, jambes, abdos, droite et gauche séparées et donc proposer des protocoles d’entrainement précisément adaptés.

Minimaliste et moderne

Pour ceux qui le souhaitent, il est possible de se faire faire un plan d’entrainement personnalisé, et d’utiliser la salle de musculation ultra-moderne (dans le 13ème, derrière la BDF, juste un peu loin de Sèvres). J’ai notamment vu un tapis de course incroyable, le Curve de Woodway,qui fonctionne sans electricité mais dont la forme permet de moduler sa vitesse en fonction de sa position sur le tapis.

Tapis de course "Curve"

Tapis de course « Curve »

Bon, j’aimerais bien en avoir un à la maison mais vu le ticket (en gros 8.500 euros TTC), ca fait cher la techno minimaliste !!! J’ai trouvé une copie « made in china » qui doit valoir à peu près le tiers ou le quart du prix … mais faire venir de Chine un truc qui pèse 160 kilos c’est moyen pour le SAV. Et connaissant les chinois, ils pourraient sans doute livrer une paire de skis à la place sans sourciller 🙂

Les machines de muscu Keiser sont assez minimalistes aussi :

Machine de muscu à air comprimé !

Machine de muscu à air comprimé !

Bref, du super-matos qui provient de fournisseurs qui développent des produits autant destiné au sportif qu’au malade, en rééducation, ou pas … et c’est justement là que MonStade devient carrément original et intéressant.

Et si on est malade, alors ?

En fait les sportifs ne représentent qu’une partie de leur cible, et peut-être pas la principale. Comme le dit Stéphane Suzzoni : « l’exercice physique, c’est (comme) un médicament : les bénéfices sont incontestables sur un grand nombre de pathologies, et comme tout médicament, il faut trouver la bonne dose pour avoir le résultat optimal ».

Alors évidemment, je pense tout de suite au pathologies classiques, les « maladies de civilisation » dont parle Lieberman dans son dernier livre, « the story of the human body »

Story-of-the-Human-Body-Evol(oui, je sais, je ne l’ai jamais commenté, … ) : maladies cardio vasculaires, diabète, obésité, etc. Beaucoup savent que ces maladies sont largement liées à une inadaptation de notre mode de vie aux « attentes » de notre organisme, qui se dérègle devant l’excès d’énergie qu’on lui fournit et le peu d’effort qu’on lui demande ; enfin, ce n’est pas qu’il se dérègle, c’est qu’il fait ce qu’il peut par rapport à une situation inédite. Il vaut mieux devenir diabétique que de mourir tout de suite par hyper-glycémie.

Il y a donc un programme « remise en forme » à MonStade : bien être, bien vieillir, prévention, renforcement, silhouette …

Au delà de la remise en forme : le sport médicament

… Et aussi un programme « santé », qui en plus des affections « classiques » citées plus haut, va aussi aller proposer un accompagnement complémentaire sur des pathologies qui à priori n’ont rien à voir avec le couple mieux manger/plus bouger : cancer, affections neuro-dégénératives, etc. La liste est ici …

Et ça, c’est nouveau (et intéressant, diront les quinquas qui ont lu Actuel dans les années 80). En tous cas, c’est la première fois que je le vois, aussi clairement formulé et exprimé, sous forme de projet commercial et médical.

Oui, faire du sport avec « la bonne dose » peut avoir un impact thérapeutique quand on a un cancer ou Alzheimer ou Parkinson : si vous avez lu d’autres posts sur ce blog vous savez que j’en suis convaincu. Donc entendre parler de « thérapeutique non médicamenteuse validée» en coopération avec de médecins et les autorités de santé, je trouve ça carrément génial.

J’ai souvent pensé que l’inscription à un club sportif devrait être remboursée par les autorités de santé. Stéphane Suzzoni me disait qu’en Afrique du Sud certaines mutuelles ont des accords avec des centres sportifs et modulent leurs tarifs en fonction de l’activité physique des assurés ; ça ne paraît que du bon sens que de promouvoir des activités physiques qui sont bénéfiques pour la santé, non ? Qu’est ce que coût d’une année de suivi à MonStade (en gros 1.200 euros) par rapport à une journée d’hospitalisation (entre 500 et 2500 euros ) ?

A suivre …

Donc la bonne nouvelle c’est que même si la médecine progresse à grands pas dans la dimension chimique et moléculaire, avec tous les succès et les travers qu’on lui connaît, l’idée de sport thérapeutique, et donc de vision holistique du fonctionnement du corps humain progresse en parallèle. Je me sens subitement moins barjo de courir torse-nu pour augmenter mon taux de vitamine D ou de m’exposer au froid pour renforcer mes défenses immunitaires 🙂

Il ne faut pas se leurrer, cela va aussi amplifier tout un tas de problèmes éthiques, sur le thème du libre-arbitre par rapport aux comportements à risque : « quelle est la responsabilité individuelle de celui qui a un mode de vie à risque et qui est censé le savoir, est-il juste et solidaire de lui faire payer plus cher son assurance santé » mais ce n’est pas nouveau ; Le « quantified self » se prépare, avec les objets connectés et la flopée de capteurs dont nous allons rapidement être bardés d’ici quelques années sans même nous en rendre compte. Nous les accepterons avec joie contre la promesse d’une meilleure santé et d’une médecine plus préventive.

En attendant, MonStade pave la voie pour une reconnaissance de l’effet thérapeutique du sport à la « juste dose » et c’est globalement une bonne nouvelle. J’espère que ce genre de pratique va se généraliser  … Des ordonnances avec « 50 pompes tous les matins, 10 sprints une fois par semaine, et 2 sorties dans les bois en étant peu couvert en trottinant » et un forfait « un an à MonStade offert par votre mutuelle pour réduire vos risques d’infarctus » ! Bon, ça va pas enrichir les labos mais ça serait cool non ? Surtout que ça marcherait !

A quand un « MonStade » couplé avec « MaCuisine » pour prendre aussi en compte l’effet thérapeutique de l’alimentation, qui à mon avis (je ne suis pas le seul, allez donc regarder du côté de Seignalet) est sans doute aussi important que l’exercice physique ?

En attendant, dès que j’ai fini mon plan d’entrainement actuel pour Chicago, je fonce là-bas me faire mesurer sous toutes les coutures !

 

Cet article, publié dans Maladies, Medecine, Running, Société, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Le sport médicament : visite à « MonStade »

  1. nfkb dit :

    tu sais les gens ne sont pas toujours prêt à faire l’effort
    1)d’avaler une pilule
    2) plus dur : changer l’alimentation
    3) encore pire : arrêter de cloper

    Alors faire du sport… même remboursé… ça n’intéressera qu’une frange de très motivés qui ont une maturité et une force de caractère aux marges de la norme

    mai j’adore l’idée ! on va bientôt monter une zone sportive dans notre service de cancéro ORL d’ailleurs…

  2. Ping : Check Up à l’institut MonStade : le bilan du moteur et de la carrosserie. | Grégo On The Run

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s