le shaman et le bio-hacker …

Inspiré par la DMT ...

Inspiré par la DMT … (c) RogDog

(plus d’infos sur l’image ici)

Je me suis  mis à écouter il y a quelques semaines les podcasts de Dave Asprey, « l’exécutif à l’épreuve des balles » (oui la traduction française de Bulletproof Executive n’est pas terrible et ne lui rend pas justice) que j’apprécie de plus en plus.

Asprey a une approche de geek, il est par ailleurs ou a été un VP dans une boite d’informatique, une culture biologique et scientifique assez phénoménale et des invités qui sortent  du moule « pur paléo » et des aspects purement sportifs et nutritionnels. Même si la nutrition reste un aspect très important de ce qui est discuté.

Ce qui est intéressant c’est l’absence de croyance et la vision de « hacker » – un peu comme Tim Ferriss, dont le « 4 hour body » m’a inspiré sur pas mal de sujets.

Asprey vend du café, des compléments alimentaires, et du coaching à 500 USD de l’heure, sur son site « bulletproof executive », que je vais tester un de ces jours (le café, pas le coaching). Le site est plein d’infos gratuites, et le podcast est écouté par plus de 250.000 personnes.

Le dernier podcast écouté avait pour invité un type assez étonnant, anthropologue médical et spécialiste de shamanisme d’Amérique du Sud : Alberto Villoldo. Il a un site sur le shamanisme et la médecine qu’on peut trouver ici : the four wind society .

Je ne peux pas raconter tout le podcast, ça aurait assez peu d’intérêt, mais il rebondit en permanence entre des aspects plutôt mystiques (qui ne sont pas ma tasse de thé), purement médicaux et assez pointus au niveau biochimie, et une description de ce qui se passe lors des cérémonies shamaniques auxquelles il a pu participer, avec les indiens Ayuhasca au Pérou.

Il taille un costard assez comique à la psychologie européenne, spécialisée dans les deux extrémités du corps humain : la bouche et l’anus. Qui n’a pas lu la psychopathologie de la vie quotidienne d’oncle Sigmund ?  Entrainant un centrage sur l’individu et ses problèmes pipi caca papa maman, alors que dans les sociétés anciennes, les parents sont la terre et le ciel … amenant forcément une relation différente avec la nature et l’altérité.

Il est parti payé par Roche pour chercher des plantes en Amazonie pour soigner le cancer il y a 30 ans … 6 mois plus tard il en est revenu n’ayant rien trouvé … parce que les gens qui vivent là n’ont pas de maladies cardio-vasculaires ou de cancer.

Il explique que les shamans utilisent trois types de médicaments (à base de plantes évidemment) avec des finalités bien différentes:

  • Soigner ce qui fait mal (mal de tête, …)
  • Mettre en œuvre les systèmes d’auto-réparation du corps : anti-oxydants, etc. Il développe une vision déjà entendue ailleurs qui est que nous ne sommes pas «programmés» pour vivre longtemps, juste pour avoir des enfants. Et donc après 40 ans tout un tas de molécules très utiles comme… Exemple : Hormone de croissance, glutathion, superoxide dismutase … qui ont tendance à réduire beaucoup après 40 ans et donc à ne plus faire le travail de réparation de l’organisme nécessaire à notre survie dans la durée.
  • Réparer le cerveau. Là ca devient plus space. Accrochez vous.

Les shamans utilisent des plantes pour entrer dans des états de conscience spécifiques qui ont des fonctions thérapeutiques. A première vue c’est assez surprenant mais il y a pas mal d’info sur Internet qui a l’air de confirmer cela. Ce sont les cérémonies de « purification », ou « Ayahuasca ». Elles sont basées sur l’utilisation de deux plantes principales, dont une contient de la Dimethyltryptamine (DMT) qui est visiblement l’hallucinogène le plus puissant qui existe. Le point intéressant est que ces cérémonies (qui concrètement sont un gros trip) peuvent avoir un effet thérapeutique réel sur des symptômes comme l’angoisse, le stress … voire des maladies plus « physiologiques ».  Si vous voulez voir un témoignage intéressant, lisez ça  et si l’expérience vous tente, voilà une  agence qui proposent ce type de prestation.

L’argument de Villoldo est que nous cerveaux sont « cassés » et nous n’arrivons plus à nous mettre dans ce type d’état mental : nous vivons toujours en mode « fight or flight »  et le cerveau sécrète en permanence du cortisol et de l’adrénaline, ce qui rend impossible l’accès au « rêve » qui nous permettrait d’avoir une vie plus harmonieuse.

Là où ça devient bien chimique est que la DMT peut être sécrétée par l’hypophyse (ou glande pituitaire) à partir de mélatonine ou de sérotonine. Visiblement là on touche à la fois à de la chimie très puissante et aussi à du symbolisme tous azimuts.

Alors c’est quoi qui casse notre cerveau ?

Hé bien notre alimentation avant tout.

Il parle de la révolution de l’agriculture et de l’invention des céréales d’il y a 10.000 ans, un thème qui m’est cher ! Il relie aussi cela à l’invention des religions monothéistes « donnez nous notre pain quotidien » et la séparation des tâches dans nos sociétés- les maitres et les esclaves. Raccourci saisissant : les esclaves ont la vie éternelle promise plus tard, et sont nourris à base de céréales. Mais les maitres, eux, ont continué à manger comme avant l’invention de l’agriculture – les rois incas mangeaient du poisson amené de la côte par des … coureurs, à 600 km de machu picchu, et des graisses végétales.

Il fait un petit détour vers la diète cétogène, expliquant qu’à son avis le BOHB dont je parle longuement ici est l’aliment de choix pour le bon fonctionnement du cerveau. (note : les MCT, medium chain triglycerides sont des bons précurseurs du BOHB, et on peut en acheter sur le site d’Asprey. Et il y a en dans les avocats et l’huile de noix de coco.

Je dois dire que raccourci sur l’esclavage et les céréales est assez saisissant, et attirant symboliquement. Esclaves de la nourriture qui nous rend esclaves. Et gavés dès le plus jeune âge pour le rester (qui reprend un bol de céréales ?). Un peu dark age, mais bon, même sans être dans une logique de complot mondial, auquel je ne crois pas du tout, c’est intéressant comme perspective.

Il y a beaucoup d’autres choses dans son discours. La communion avec la nature, et l’approche « non prédatrice » et respectueuse de l’environnement. Les indiens d’Amazonie, comme les aborigènes d’Australie, voient des esprits partout, et c’est donc la nature qui leur apprend comment faire leur décoction magique … et les hallucinations sous DMT renvoient justement  à une « conscience cosmique globale », et une dissolution de l’ego qu’ou trouve dans le bouddhisme ou plus simplement dans la pratique de la méditation.  Et qu’on pourrait presque relier aux théories récentes sur le fonctionnement de l’univers (la théorie des « multivers », superposition d’une infinité d’univers, ou même la théorie des cordes avec un univers à 27 dimensions dont nous n’appréhendons naturellement que 4) mais là je m’aventure beaucoup, et j’ai du mal avec la dimension mystique de tout cela. Villoldo parle sur internet des « orbs », créatures de lumière qui viennent du futur et là je coince carrément.

Pour revenir sur des terrains plus balisés, il donne quelques autres informations / idées intéressantes plus proches du « mainstream paleo » :

  • Le système hormonal qui nous pilote « analogique », lent,  le système nerveux lui est « digital » et beaucoup plus rapide, et il est compliqué de faire fonctionner harmonieusement des systèmes qui ont des temps de réponses aussi différents.
  • Nous avons assez peu de gènes si on compare à notre complexité à celle d’autres organismes vivants – la raison qu’il avance est que nous vivons en symbiose avec plus de 600 espèces de bactéries qui peuplent principalement notre système digestif et qui participent activement à toutes nos fonctions vitales, notamment la digestion évidemment –90% de « notre » ADN ne nous appartient pas.  Donc la première chose à réparer quand un humain ne fonctionne pas bien c’est le fonctionnement de son tube digestif – et évidemment ce qu’on met dedans.
  • Il insiste sur l’importance des Omega3 et lui les prend sous forme de comprimés à base d’algues. Et d’autres trucs assez classiques : curcuma, choux fleurs, broccolis, pas de gluten, épices variés, peu de laitages, intermittent fasting.

Voilà … le shaman et le bio-hacker qui se rencontrent et se rendent compte qu’ils ont plein de choses à partager.  Et à nous apprendre, même si on n’est pas d’accord avec tout.

Je reste toujours songeur, devant les avancées techniques de notre propre civilisation  (dont une, et non des moindres, et d’avoir développé les outils conceptuels pour comprendre un peu ce qui se passe de  manière plus fine que « ce sont les esprits de la forêt qui nous aident ») et en miroir l’immobilité de ces civilisations, et leur dureté. Pour prendre un peu de distance vis à vis de l’éventuelle idée d’un monde idéal ancestral, on peut relire « Tristes tropiques » ou un bouquin sur la vine des « Yanomami »dont j’ai oublié le nom …

Je vais essayer de faire un post sur un bouquin qui sort avec des séries de photos sur des tribus, justement, qui ont peu évolué depuis quelques milliers d’années.

Ceci étant, je ne sais pas si j’aurais le courage de faire une « Ayahuasca »… et vous ?

Cet article, publié dans Alimentation, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

17 commentaires pour le shaman et le bio-hacker …

  1. Serge dit :

    Très intéressant, les nombreuses imbrications…Je n’en saisirai que quelques unes: mon seuil d’incompétence faisant le reste…
    L’agriculture est la source de nombreux maux. Mais aussi le moyen le plus simple qu’aie trouvé l’homme pour résoudre des problèmes d’alimentation du plus grand nombre. Bien sur, cela a généré (je schématise) ceux qui travaillent et ceux qui les regardent travailler (cf: Jared Diamond « De l’inégalité parmi les sociétés ») Et une modification radicale de nos habitudes alimentaires pour lesquelles nous n’étions peut-être pas faits.
    « Il fallait bien que tout le monde mange » même si le prix à payer est élevé.
    « Tristes tropiques » de Claude Lévi-Strauss remet les chose en perspectives, en effet. Rien n’est jamais parfait en ce bas monde: il nous faut choisir un camp…Ce fut donc, celui des agriculteurs.
    Aucun commentaire de ma part en ce qui concerne, le chamanisme. Et pourtant j’ai aussi lu: « La chamane blanche » de Olga Kharitidi !!
    Mais connais-tu la bande dessinée d’Hugo Pratt: « Corto Maltèse en Sibérie »? On y voit le Baron von Ungern Sternberg » qui rencontre une chamane Sibérienne et l’issue fatale pour cette dernière.

    Je trouve notre société tout aussi dures, elle laisse sur le bas côté de nombreuses personnes.
    Mais ton questionnement perpétuel t’amène sur des spiritualités…attention, tu files un mauvais coton!!

    • paleophil dit :

      Merci pour ton commentaire Serge. De toute façon le monde est comme il est, je n’ai pas spécialement envie de vivre comme un indien en Amazonie (qui d’ailleurs lui n’a pas le luxe de fonctionner en mode de questionnement perpétuel). Toutes les sociétés sont dures, la vie est dure, la nature est dure. Ceci dit le monde dans lequel je vis actuellement me parait être bien moins dur que la plupart des autres endroits du monde, passés ou présent … mais je suis très privilégié aussi. Mon intention dans le post, si tant est que j’en aie une … était plutôt de ne pas tomber dans le bon sauvage et une image d’épinal des « peuples anciens » tout en étant assez bluffé par les résultats auxquels ils peuvent arriver avec une approche du monde tout à fait différente de la mienne.
      Quand à la spiritualité … vaste débat. Tant que le coton n’est pas celui d’un robe de bure ou d’un sari orange, tout va bien. On peut se pencher à la fenêtre et regarder – et quand on regarde un peu ne serait-ce que la mécanique quantique il est évident que le monde n’est pas que ce qu’il a l’air d’être à travers nos sens. De là à parler de conscience cosmique et d’êtres qui viennent du futur …
      Je n’ai pas lu de Corto Maltèse depuis un paquet d’années … une bonne idée de cadeau de Noël !

  2. Serge dit :

    Une légende dans le sport pieds poings.

    Son alimentation à son apogée était composée exclusivement de hamburger, de banana split, qu’il faisait passer avec une célèbre boisson à bulles riche en acide phosphorique…
    Et cela n’a pas été un frein à sa belle carrière de combattant.
    Je n’ai jamais entendu dire qu’il aie changé, de camp ou d’alimentation.

    Le mythe du bon sauvage…
    Et pourtant nous le recherchons je trouve. Nous demandant pourquoi et comment ils font ou ils faisaient pour vivre. Leur environnement hostile et très incertain limitait grandement leur espérance de vie, et ce malgré leur « paranoïa préventive »…

    Ce livre d’Hugo Pratt est à mon sens le meilleur qu’il aie réalisé.

  3. nfkb (@nfkb) dit :

    A propos des oméga 3 j’ai été un grand believer d’une supplémentation (les premiers billets de mon blog…) et puis j’ai appris l’existence des furanes via l’article de Riché dans Sport & Vie, vous l’avez lu ?

    • paleophil dit :

      Non mais ça m’intéresse … à propos de la supplémentation, qui quelque part renvoie à une vision du corps non systémique mais cartésienne, il y a ce livre http://www.amazon.com/Power-Sex-Suicide-Mitochondria-Meaning/dp/0199205647 super intéressant (compliqué pour moi) sur le fonctionnement des radicaux libres et qui explique que c’est un signal émis par les mitochondries, et active des gènes (le foxo3 notamment) qui capte les ROS bien plus efficacement que toutes les baies de goji et autres jus de grenade qu’on peut ingurgiter. ce que j’ai fait consciencieusement pendant plusieurs années. je me tâte pour prendre du glutathion, sur la recommandation d’Art de Vany, ça m’intéresserait d’avoir votre avis … http://www.artdevanyonline.com/1/category/glutathione/1.html

      • nfkb (@nfkb) dit :

        relisez sur l’hormesis dans Antifragile !
        allez voir Ristow sur la mitohormesis

        le concept du biohacking me fascine comme vous mais il faut rester les pieds sur terre (admirons comme Vinci si créatif pouvait autant célébrer certaines figures chtoniennes #jedérape) : la biologie est trop compliquées pour la tweaker avec un cacheton.
        http://www.nfkb0.com/2014/02/08/les-complements-alimentaires-sont-inutiles/

        les furanes sont de petites molécules qui protègeraient in vivo les omega 3 de l’oxydation, pas sûr qu’on les retrouve dans les cachetons… ma solution : tartare de maquereau au nori. le journal : http://www.sport-et-vie.com/numero-142/methode-revolutionne-l-entrainement-altitude.3928.php (et pourtant j’en ai mangé du cacheton… repentance…)

        plutôt que du glutathion pourquoi ne chercher des aliments riche en glutamine et cystéine ? (d’ailleurs j’avais creusé la piste de l’injection de L-alanyl-glutamine chez les intoxiqués au paracétamol mais on m’a regardé d’un drôle d’air…) En fait je pense surtout qu’avec notre alimentation riche on ne manque pas d’AA ! et qu’il est impossible de manipuler le stress oxydant… la vitamine C pour piéger un électron ça me fait autant rire qu’un anticorps anti TNF dans le choc septique, ça n’est pas en coupant l’alarme qu’on empêche de se faire voler !

      • paleophil dit :

        Comment on peut s’intoxiquer au paracétamol ?
        Tartare de maquereau … ça doit être puissant.
        Si je comprends bien la fin de votre réponse, autant prendre les AA qui sont les précurseurs du glutathion que le glutathion lui même ? Qui d’après Vany réduit de manière drastique avec l’age …

      • Renaud dit :

        Pour autant que je sache la supplémentation en glutathion ne produit pas de très bon résultats. Je suis aussi davantage sur l’optique de fournir l’organisme en « briques utiles » sous forme d’un bon panel d’AA, vitamines et minéraux… après il gère, il sait mieux quoi faire que moi !

        On ne ma,que pas d’études pour montrer que la prise d’antioxydants peut être totalement contre productive, ni d’études montrant qu’un stress oxydatif bien placé est bénéfique. Il y a même des études aux résultats super strange, comme celle-ci : http://journals.cambridge.org/action/displayAbstract?fromPage=online&aid=898588 (le sens de l’astérisque est assez poilant). Pour mieux mettre en évidence (sans grand succès) l’effet antioxydant du thé, les chercheurs ont privé leurs cobayes humains de fruits et légumes, menant à une observation fort surprenante… je leur laisse le micro : « During the depletion we observed a decrease in oxidative damage to proteins, DNA, and lipids, concomitantly with a major reduction in plasma ascorbate and minor changes in other vitamins and in antioxidant enzyme activities. We speculate that these seemingly positive effects on oxidative status are partly due to depletion of some pro-oxidant compounds co-existing with vitamin C in fruits and vegetables and this underlines the general lack of solid knowledge of the mechanisms by which a diet rich in fruits and vegetables cause a decrease in the risk of chronic diseases. »

        A mettre en regard de ceci : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18540628 . Se pourait-il que les antioxydants alimentaires aient d’abord un rôle protecteur au niveau digestif ? Se pourrait-il que les protéines animales soient associées à des problèmes métaboliques via des effets catalytiques principalement du au fer de l’hémoglobine lors de la digestion ? Est-ce que ça expliquerait le paradoxe qui veut que les fromages soient exempts de cette association ? Que de pistes de cogitations…

        Accessoirement, je suis assez branché gélatine en ce moment, comme source de glycine, proline et acide glutamique. Ce qui est assez frappant, c’est que depuis que j’en prends 20-40g par jour je me réveille tout les matins en ayant rêvé, moi qui d’habitude « ne rêve jamais ».

      • paleophil dit :

        Gélatine ??? comme source d’AA ? C’est dingue ton histoire. Il me faudra toute la semaine pour absorber tout ça …

    • Renaud dit :

      Oui, c’est justement la source des AA complémentaires à ceux dont on est gavés via notre habitude de ne consommer que le muscle.

      http://nutritiondata.self.com/facts/sweets/5480/0

  4. nfkb (@nfkb) dit :

    oui combo glutamine/sélénium, en faisant attention à bien se charger en protéines/glutamine (effet bolus) car l’intestin consomme cet AA qu’il trouve dans la lumière intestinale donc si on en absorbe peu, l’intestin le chope pour lui et la rentrée nette de gln se trouve alors faible

    mais je vous répète que je ne connais pas Vany mais je ne suis pas du tout believer de la problématique des radicaux libres

  5. nfkb (@nfkb) dit :

    pardon j’ai oublié de répondre pour l’intoxication au paracétamol : facile soit on est cirrhotique et on a boulotté comme un con des cachetons parce qu’on a mal quelque part, soit on veut mettre fin à ses jours

  6. nfkb (@nfkb) dit :

    est-ce que ça existe la pana cotta low carb ? 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s