Primates politiques : récolte du week-end !

Une petite réflexion en forme de rêverie amère sur la démocratie.

Je suis toujours en train de lire Sapiens, de Yuval Harari, que je recommande à tout le monde même si je ne l’ai pas encore fini. A la fois parce qu’il reprend  et développe certains concepts qui me paraissent justes  : l’importance de l’évolution qui a fait de nous ce que nous sommes, notre non-signifiante cosmique (je ne pense pas que le principe anthropique soit vrai), l’analyse de la religion comme un phénomène purement humain, l’aspect inévitable de l’histoire, largement sous-tendue par la biologie et le hasard …

Mais aussi des choses qui me font rentrer en dissonance cognitive forte, notamment son discours très relativiste. Est-ce que toutes les cultures se valent ? Quelle est la valeur de la science dans tout ce bazar ?

Son argument central est facile à expliquer en quelques lignes : la grosse différence entre les humains et les autres primates (et le reste du règne animal d’ailleurs) est leur capacité  à coopérer pour atteindre des buts communs en utilisant une méthode désarmante de simplicité : une croyance commune.

La croyance permet de générer un objectif commun (réel ou imaginaire) et une capacité à travailler ensemble dans son cadre.

Dit autrement : pour que deux chimpanzés coopèrent, il fait qu’ils aient une longue histoire  comme gage de confiance. Pour que deux humains coopèrent  il « suffit » qu’ils aient une croyance commune. Dans beaucoup de cas la croyance commune sert notamment à aller attaquer ceux qui ont une croyance autre. us and them, comme le disait fort justement Roger Waters sur cet album mythique qui n’a pas pris une ride.

Mon raccourci est caricatural, évidemment. C’est pour vous donner l’idée.

Présenté comme ça ça a l’air un peu ballot, mais une fois qu’on comprend que les croyances c’est, par exemple :

  • la religion (évidemment)
  • l’état nation
  • l’entreprise
  • l’argent
  • la démocratie
  • les droits de l’homme
  • liberté, égalité, fraternité
  • le progrès technique en tant que vertu

… ça devient un peu plus dérangeant.

Avec un double mouvement contradictoire qui est que plus l’étendue des possibilités de coopération augmente, ce qui est quand même le mouvement de l’histoire (bien) plus les outils pour se foutre sur la gueule sont puissants, et les enjeux importants (moins bien).

C’est une grille de lecture très féconde du monde dans lequel nous vivons (enfin, vous je sais pas, mais disons le monde dans lequel je vis) . Nous inventons des cultures qui nous permettent de dépasser nos capacités d’évolution biologique, mais  restons par ailleurs  le troisième chimpanzé, avec 80% de nos décisions qui sont prises à l’insu de notre plein gré (en plus).

Cruel dilemne ! Avec la question qui me taraude à laquelle ne j’ai pas trouvé de réponse pour l’instant : une fois qu’on a compris que c’était notre mode de fonctionnement, qu’est qu’on en tire pour essayer d’être meilleurs, ou plus efficaces pour traiter les grands problèmes du monde et/ou fabriquer un peu plus de bonheur pour nous et nos proches plus ou moins proches ? 

Après ce préambule plus long que je ne le le voulais, quelques pépites du week-end qui sont en plein dans l’actualité.

Brexit of course my dear!

Des anglais qui votent pour le Brexit  et ensuite disent « ah ben non merde, j’ai voté pour mais en fait j’étais contre » ou « en fait je ne savais pas ce que c’est que l’UE et maintenant que je me suis renseigné, j’ai les boules parce que je ne sais pas où on va aller ». Et qui demandent un contre référendum ! Foutage de gueule dans les grandes largeurs quand même !!!

Un leader politique qui explique que comme ça ça fera plus de pognon pour les écoles et pas les bureaucrates débiles et malveillants, et qui juste après le vote dit – ah non c’était une erreur en fait; j’ai dit ça mais je ne l’ai pas vraiment dit. Avec au passage le fait que la chute de la GBP fait s’envoyer une richesse en une nuit nettement supérieure à tout ce que l’Angleterre a payé à l’UE depuis des lustres.

vote-leave-nhs-poster-1-2048x1152-20160609-045213-945

Du marketing sans éthique : fausse promesse, vrai slogan.

Des commentateurs qui sont pour qui fustigent les commentateurs qui disent que c’est une connerie et que les électeurs qui ont voté se sont fait manipuler par des démagogues.

Croyances contre croyances, avec des niveaux d’irrationalité quand même hallucinants :

  • Je fais le contraire de ce que je crois que je devrais faire …
  • Je prend une décision très importante sans aucune réflexion, en me faisant manipuler par des slogans qui sont des mensonges …
  • L’autre est un con.

Notre dame des landes

OK il y au eu consultation de l’opinion mais dès le lendemain hop, non, non, c’est pas une bonne consultation, on va se battre jusqu’au bout ! Cecile Duflot sur France Inter, particulièrement exaspérante d’attaques ad hominem sur l’interviewer Patrick Cohen (vous pouvez réécouter les 10 premières minutes c’est du grand art) et de noyage de poisson dans les grandes largeurs (l’important c’est les 2% d’augmentation de température, pas l’aéroport, c’est nos petits-enfants, pas l’aéroport, vous me regardez bizarrement, c’est pas l’aéroport, etc. ).

Quand à la bataille : le paysan ou le révolutionnaire dans sa ZAD qui dit à la radio « on va se battre jusqu’au bout », donc qui fait quand même un gros doigt à la (croyance de) démocratie, il va falloir envoyer l’armée et qu’il y aie quelques morts pour qu’il se rende compte que même si il veut « se battre », il n’est peut être pas prêt à mourir pour ça ? ou pas ?

4958570_6_28dd_dimanche-26-juin-plusieurs-centaines-de_c982dac2ac05dbc95f44505fabfce77d

On-a-ga-gné ! Euh … on-a-per-du !                                                                      On-s’en-fout, on-se-battra ! Jusqu’à-la-mort !

La loi travail et la CGT

Encore une manif demain. Et hop, des magasins fermés, des gens qui ne peuvent pas travailler, et des syndicats non représentatifs qui s’accrochent à ça pour se donner une légitimité, comme Cameron a qui tenté un pari pour se renforcer et a raté son coup et foutu un bordel pas possible.

Ils vont en faire combien, des manifs, les anti loi travail (qui sont des anti changement de tout) avant de retourner à la réalité ? Qui est qu’il faut faire des changements, mais c’est sans doute ma croyance à moi.

Ou c’est juste pour montrer que, oui, ils ont des grosses couilles ? Désolé, c’est le retour de la biologie, cette idée que la taille des testicules serait liée à la volonté d’en découdre, probablement une histoire de testostérone qui devient  symbolique. Sans forcément avoir de projet autre que: surtout ne rien changer tout de suite et en même temps préparer la révolution qui rendra tout le monde heureux.

Comme les Adventites du 7ème jour qui prédisent la fin du monde la semaine prochaine depuis 150 ans. Pas grave que ce soit absurde : l’important, c’est d’y croire !

c21797dadc8f0c966e4532e047cd098744ea28aa1

Moi aussi chuis en colère ! Retenez-moi ou je fais un malheur !

A bas le système !
Mort aux élites (bureaucrates|pourris|incompétents …)!

Dans tous les cas, on tape sur « le système ». Ca me rappelle mon adolescence, les années 70, où Mick Jagger, entre deux rails de coke et trois groupies était « anti-système, tu vois » et où on lisait Herbert Marcuse et Wilhelm Reich en voulant inventer un monde meilleur.

On s’énerve sur les politiciens, mais qui a envie de militer ?

On croit à des solutions à deux balles parce qu’on aimerait bien que le monde soit plus simple qu’il n’est. Les riches c’est des  pourris ! Macron il coute combien ton costard ? 1000 euros! Scandale ! Ouah t’es un riche, donc incompétent et manipulateur. Moi le syndicaliste ou le penseur économique (non, qui ne vit pas avec nos impôts, non , non) je déclare qu’il y a des meilleures solutions.

Je voudrais bien voir Martinez gérer une PME pendant un an ou deux tiens, histoire de rigoler.

La richesse n’est pas signe de compétence, c’est sur (un jour je ferai un post là dessus, tiens, ca sera marrant, je donnerai même des noms :-)), mais l’absence de richesse n’est pas non plus un blanc-seing de rectitude morale. Le « peuple », les « travailleurs » : encore une croyance.

Oui, la vie est difficile pour ceux qui n’ont pas assez d’argent. Oui, l’idéal (la croyance) c’est que tout le monde soit heureux, en bonne santé, avec ce qu’il faut pour subvenir à ses besoins. Est-ce pour autant que cela rend compétent et donne de l’éthique pour résoudre ses propres problèmes ? L’histoire montre  qu’un pauvre qui prend le pouvoir, en général oublie très vite qu’il a été pauvre et va s’en mettre plein les fouilles et s’y accrocher. L’histoire de Lula au Brésil est remarquable de ce point de vue.

Cette frustration de « l’homme de la rue » (quelle rue ?)  vis à vis des dirigeants qu’il a lui même élu, on la retrouve dans toutes les démocraties actuellement. Ce qui se passe aux US avec Trump est aussi remarquable : il raconte des conneries, il ment, il se contredit dans ses propres discours, il ne sait pas qu’il ne sait et croit qu’il sait, ce qui est la posture la plus dangereuse, que ce soit en politique ou en entreprise, mais c’est pas grave ! Et on trouve des gens comme Peter Thiel, VC de la Silicon Valley et diplômé en philosophie (ce qui dans mon système de croyance perso est signe d’intelligence) qui incitent à voter pour lui.

Alors pourquoi ?

Est-ce que parce qu’il n’y a plus de guerres réelles dans notre quotidien avec  des vrais morts, des vraies cervelles explosées, des vraies mine anti-personnel et des vrais «sourires kabyles » (comme me le racontait un ami octogénaire qui s’est retrouvé envoyé en Algérie en 58 par ce qu’il avait participé à une manif anti-guerre) … que le peuple s’ennuie, et que les matches de foot ne suffisent plus pour exprimer la violence intrinsèque  du primate qu’il est toujours et qu’il faut se battre, contre l’Europe, contre les « élites » , contre les lois, contre les patrons, contre quelque chose en tout cas.

Ou parce qu’il n’y a pas d’enjeu suffisant pour unir les primates que nous sommes ? Mais des enjeux il y en a a la pelle. Ca me rappelle cette BD dont un film a été tiré, Watchmen, dans lequel un super héros démiuge faisait croire à une attaque d’extra-terrestres pour réussir à unir les humains dans un projet commun : se débarrasser des extraterrestres, évidemment. Il n’y a pas à aller chercher aussi loin pour se rendre utile et donner du sens à son existence à travers une croyance qui nous est propre.

La «démocratie participative» utilisant la techno pour permettre à tout le monde de donner son avis son avis sur tout est une autre illusion. L’exemple du Brexit et de Notre dame des landes sont des exemples flagrants. Ah merde ! on peut revoter ? 

Ce qui est triste, c’est qu’à force de faire des conneries sans raison (alors que … pas de guerre depuis 60 ans en Europe c’est une sacrée réussite par rapport aux millénaires de boucherie qui ont précédé) on va finir par la faire arriver, la boucherie, pour de vrai.

Call to action !

Des fois mon espèce me désole. Finalement une IA qui prendrait toutes les décisions importantes pour l’humanité, ça serait vachement bien. Watson for President ! Ray Kurzweil vice président !

Avec une question qui reste : « une fois qu’on sait qu’on est pilotés par des croyances irrationnelles, qu’est ce qu’on en fait ? »

Je vous laisse méditer sur le sujet et je suis preneur de vos réflexions sur le sujet, lecteurs avisés: vous êtes forcément dignes de confiance si vous lisez mon blog  🙂

Billet  à suivre, quand j’aurai le temps, sur une analyse plus fouillée du livre de Yuval Harari. Encore un post qui devait me prendre 5 minutes et que j’ai mis 2 heures à écrire !!!

 

Cet article, publié dans Psychologie evolutionniste, Société, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Primates politiques : récolte du week-end !

  1. legabruno dit :

    Dans la continuité de notre dernière discussion, une piste pourrait être de travailler sur les 6 besoins humains, définir ses drivers et s’approprier des croyances dynamisantes … encore un bon sujet pour nos prochains échanges 😉

    • paleophil dit :

      Absolument. Je trouve l’idée féconde, et aussi complètement utilisable (éthiquement s’entend) dans le cadre de l’entreprise – qui est un groupe de personnes qui coopèrent au nom d’une croyance commune. enfin, plus ou moins, mais ce qui est sur c’est que plus la croyance est forte et partagée, et mieux ça marche.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s