Une semaine avec Donald !

Impossible d’éviter la politique américaine quand on débarque à Manhattan le soir du premier débat entre les candidats. J’en ai parlé rapidement sur Facebook mais j’avais envie d’élaborer un peu plus sur des thèmes plus personnels.

1280_donald_trump_hillary_clinton_2pic.jpg

(mon post FB, si vous ne lisez pas l’anglais, la suite du post est en français 🙂 )

I had a chance last night to see the full presidential debate. In a decent hotel room in manhattan costing less than 200 USD. Moody and a little bit tired (flying in, train, metro) and having read too much of Harari’s latest book which is as powerful as depressing. Will be a topic for later. After all I had read I was really wondering about what was going to happen : secret revealed on stage about Hillary’s health or whatever which was going to make her implode, endless coughing, dementia attack, earplug, falling from the chair – and the Donald being so brutal and bullying that he was going to crush her. Or maybe say things that I find – hm, this is true, it makes sense. As I dont vote in the US anyways, it’s just the analysis of the show and trying assess what the US are going to do, and how happy I d’ be to live here.

Well I must say that I did not get what I feared.

Hillary Clinton was strong, articulate, made sense and reacted very gracefully to the Donald relentless attacks (hey factcheckers, do you job please) and could even smile while he was unloading his usual torrents of bullshit, not even trying to disprove him.

Donald Trump was as nonsenseless as ever, sharing his speaking time between the usual rethorics that he has been pounding on since the beginning and bombastic comments about himself.

NATO (our allies dont pay for our services), jobs going abroad and trade treaties(this one is really funny – he speaks like a communist – let’s create import taxes on products that are manufactured in mexico. Who decides to off-shore business ? The government ?), Racism (Obama’s birther « issue », now created by HRC, the innercities described as WW2), Iran, ISIS, and all this wrapped in :

  • Everybody’s incompetent (the government, the generals, the negotiators)
  • I am competent and the proof is that I am a winner. As I’m able to make 600 million a year, if i’m elected, I will bring back this success spirit in the US.
  • I dont need a plan because I am so good. I’m going to go to china, japan, wherever and deal with them myself because I am a master of deals.
  • I have the personality to do the job.

If a CEO of a company would present his plan to the board like this, he would not last 5 minutes (where is the plan ?)

If a PhD student would present his work to a jury like that he would not last 10 minutes (where are the facts ?)

If a lawyer would defend his case like this he would loose.

What is fascinating from a show-business perspective is that he is the first one that I see who can deliver such an absolute flow of lies, innacuracies and more over stupid ideas (in the sense of : what is stupid is what does not bring a solution, re Santa Fe Institute) and get over with. I knew about elastic databases and computic power, NYT talks about elastic relationship with the truth. It is mindboggling to see a guy boasting about his successes when he failed his business partners 6 times, has a habit of not paying his subcontractors, sunk many businesses, and was given a ton of money from his dad when he started working. And to claim that everyone doing politics and serving the countries is stupid and incompetent when he has so little understanding of the complexity of international politics.

The most dangerous man (or the real idiot) is the man who think he knows but does not know that he does not know. That’s how youg children are (they explain everything my some type of magic related to them) but it’s totally pathetic and dysfonctional in a western, liberal adult. It’s a pretty good definition of stupidity, and Donald Trump is a bigger than life example of that, and it was pouring out of the screen last night.

If you want some basic fact checking, this one is simple and an easy read :

And the NYT editorial about why not vote for him (one of many large media)

========back to french====================================================

Je suis totalement sidéré que Trump puisse être simplement candidat. Tout dans sa posture, son discours donne envie … de ne pas voter pour lui. Il n’y a pas qu’à moi qu’il fait cet effet-là, et plusieurs journalistes de grands médias cette semaine se sont posé la question de la meilleure manière de couvrir un politicien qui ment et girouette en permanence, et en temps réel … parfois au sein d’une même phrase. Faut-il prendre position ?

Ses phrases, quand on les lit, sont incompréhensibles, fonctionnent avec un vocabulaire d’un enfant de 8 ans (great, fabulous, so proud, so smart, believe me, fantastic) et la rhétorique est du même acabit : votez pour moi parce que je suis un mec génial et que tous les autres sont incompétents.

Voici un verbatim d’un de ses discours :

Look, having nuclear — my uncle was a great professor and scientist and engineer, Dr. John Trump at MIT; good genes, very good genes, okay, very smart, the Wharton School of Finance, very good, very smart — you know, if you’re a conservative Republican, if I were a liberal, if, like, okay, if I ran as a liberal Democrat, they would say I’m one of the smartest people anywhere in the world — it’s true! — but when you’re a conservative Republican they try — oh, do they do a number — that’s why I always start off: Went to Wharton, was a good student, went there, went there, did this, built a fortune — you know I have to give my like credentials all the time, because we’re a little disadvantaged — but you look at the nuclear deal, the thing that really bothers me — it would have been so easy, and it’s not as important as these lives are (nuclear is powerful; my uncle explained that to me many, many years ago, the power and that was 35 years ago; he would explain the power of what’s going to happen and he was right — who would have thought?), but when you look at what’s going on with the four prisoners — now it used to be three, now it’s four — but when it was three and even now, I would have said it’s all in the messenger; fellas, and it is fellas because, you know, they don’t, they haven’t figured that the women are smarter right now than the men, so, you know, it’s gonna take them about another 150 years — but the Persians are great negotiators, the Iranians are great negotiators, so, and they, they just killed, they just killed us.

et une analyse assez pertinente ici dudit discours.

Et pour se marrer un on peut lire une petite liste de citations fascinantes tout plus hallucinantes (et odieuses) les unes que les autres.

Ca pose quelques questions.

A l’issue du premier débat, les réactions spontanées des citoyens indécis sont plutôt en sa faveur. On peut juste dire qu’ils sont totalement abrutis (sans doute pas totalement faux) mais c’est plus le rapport à a réalité qui questionne, et ce que ça dit de notre fonctionnement mental à tous.

Cette histoire est une guerre de « mêmes » que les réseaux sociaux amplifient de massivement et qui nous fait collectivement régresser, surchargeant notre pauvre cerveau de primate et court-circuitant nos capacités de raisonnement. Il  a tellement de messages contradictoires et qui semblent tous « vrais » (c’est écrit, après tout !!!) que rien ne surnage.

C’est comme si la réalité n’existait plus. Yuval Harari (Sapiens) dira que ce n’est pas nouveau, et que de toute façon, la réalité n’existe qu’à travers nos croyances collectives et il a globalement raison.

Le fonctionnement tribal des humains a toujours permis un fonctionnement « nous contre eux » : nous on est les bons, les vrais, et eux, ils ne sont pas comme nous, en fait ils sont même pas humains et on peut les massacrer sans dommage. Au contraire, ça va même leur rendre service et à nous aussi. Comme les intégristes qui décapitent les homosexuels pour leur bien et qui en plus font leur bonne action et gagnent des points pour aller au paradis.

Les humains se déchirent et s’entretuent depuis quelques millénaires à propos de leurs amis imaginaires. J’écoutais à l’instant un podcast de Sam Harris sur la créativité des inquisiteurs en Espagne, et les méthodes utilisées pour faire avouer les hérétiques et autres sorcières et je suis content de vivre à une autre époque.

Mais en ce moment aux US le déchirement est sur des sujets moins imaginaires.

On pourrait penser qu’on peut objectiver plus ou moins le travail d’un gouvernement. Il y a des données, plein de données : la criminalité, le chômage, la croissance, la pauvreté … bien sur les politiques maitrisent bien moins de choses qu’ils ne le prétendent, et la réalité leur donne du fil à retordre – une récession en Chine, un tremblement de terre, un attentat, tout cela est hors contrôle et il faut bien faire avec.

Pour revenir aux élections et aux discours qui l’entoure, je reste abasourdi par le clivage. On dirait que supporters de Trump et de Clinton ne vivent pas dans le même pays. Violence verbale et délire. Hillary en prison ! pendez Hillary ! Hillary est malade/un alien / un robot (si, si, j’ai vu ça aussi ici ) Les innercities sont une catastrophe, on s’entretue à tous les coins de rues  (Trump). Qui ne pense pas comme moi est un connard, un « libtard » (contraction de liberal et de retard – attardé-).

On dirait qu’ils ne vivent pas dans le même pays. La violence et le niveau de délire sur les réseaux sociaux est assez sidérante avec des noms d’oiseaux qui volent de part et d’autre, et globalement un refus du dialogue … alors qu’ils sont citoyens d’un même pays, avec en réalité une idéologie assez proche !

Il y a bien sur un effet Trump. Maitre en distorsion de la réalité, sociopathe narcissique, qui arrive dans la même phrase à se dédouaner d’avoir questionné pendant 5 ans la nationalité d’Obama tout en rejetant la faute sur le team de Hillary et au final en se félicitant d’avoir fait un travail important et de qualité. Regardez le expliquer comme il est fier de son travail.

Ce type a passé toutes les barrières du processus des primaires républicaines. Il n’arrive pas de Mars. Quel niveau de dysfonctionnement du système politique peut permettre à un mec pareil d’être candidat à la présidence du pays le plus puissant du monde ? J’ai du mal à comprendre ce clivage si profond, alors qu’on est aux US et que comme dans tous les autres démocraties évoluées la seule vraie question est le niveau de prélèvement et les priorités de redistribution. Avec une bonne couche d’idéologie quand même, les républicains étant attachés aux valeurs traditionnelles (anti avortement, anti tout en fait … qui n’est pas écrit dans la Bible).

Mes amis libertariens ou républicains me diront qu’il n’est pas pire que Hillary la corrompue (vrai ? faux ? comment savoir ?) et qu’au moins il va secouer l’establishment. Oui, il va le secouer pour son propre intérêt et son narcissisme d’un enfant de 8 ans. Dans un échange sur Facebook suite à mon post en début de semaine, j‘argumentais que le préfèrerai toujours l’intelligence à la bêtise, et que la corruption était un facteur de second degré. Mieux un intelligent corrompu qu’un crétin pur – et Trump n’est pas si pur que ça et sans doute avec un rapport au système pire que Clinton – mais il reste pour moi un crétin narcissique et Clinton, toute corrompue qu’elle peut être, une personne qui a passé sa vie en politique et qui comprend au moins que tout ça est sérieusement complexe.

J’insiste : l’intelligence vaut toujours mieux que la bêtise.

Un élément de la réflexion est le rapport à la réalité, aux faits.

Travaillant par ailleurs sur des thématiques de confiance dans les transactions entre individus (blockchain pour les connaisseurs) je rêvais en regardant Trump lors du débat mentir comme un arracheur de dents à une blockchain qui garderait trace de nos positions et décisions et qui serait publiquement disponible. C’est un peu antinomique avec le droit à l’oubli de la commission européenne, mais ça pourrait être intéressant en politique. Ça permettrait de confronter immédiatement le storytelling et la réalité des positions. Un gros ***beep*** quand on dit un mensonge éhonté, un peu comme Pinocchio dont le nez s’allonge quand il affabule.

Est-ce que ça permettrait de réconcilier les positions des américains qui prétendent ne pas vivre dans le même pays parce qu’ils n’ont pas la même analyse de leur réalité ? On ne peut pas dire, parce que j’ai l’impression que la beaucoup de supporters de Trump sont dans une posture irrationnelle, et que donc leur prouver par A+B que leur candidat raconte n’importe quoi, et n’a rien à voir avec sa promesse – à la fois sur lui et sur sa compréhension des problématiques du monde – ne servirait pas à grand-chose. Va expliquer à un catho hardcore que la bible est un tissue d’âneries qui a certes eu un sens politique en son temps, mais que la date de péremption est largement dépassée (idem Coran).

Alors voilà. Je reste un peu interdit. Interrogé. Du coup je passe bien trop de temps à lire les éditos et à me balader sur le web. Hillary est malade ! Trump a travaillé avec la mafia ! Il y a des cadavres dans tous les placards ! Est-ce que tout est équivalent ? Certainement pas. Comment l’argumenter ?

Le retour d’Harari … Acte 2

Tout cela prend un certain relief à la lecture du dernier bouquin de Harari, Homo Deus. Suite de Sapiens, son argument est que l’humanité, après avoir passé les deniers 10.00 ans à trouver des solutions pour survivre à 1. Les guerres 2. Les famines 3. Les épidémies se trouve maintenant dans une situation de relatif confort qui permet de poser d’autres objectifs stratégiques. Dans la vision d’Harari, l’accès à l’immortalité, au bonheur permanent et à un statut quasi divin. Tout cela baignant dans la techno, à la fois facilitatrice ce cette transformation et potentiellement prenant le contrôle complet de nos existences. Nous ne sommes que des algorithmes (biologiques) qui sont de plus en plus dépendants d’algorithmes (technologiques) que nous avons créés pour nous faciliter la vie mais qui à terme risquent de la vider de tout son sens. Au final nous ne sommes que des agents qui produisent des données, comme l’explique bien son interview à Wired.

C’est rude et dérangeant de lire Harari. Son bouquin est super argumenté et laisse un goût amer. Moi qui suis un grand défenseur de la démarche scientifique et de son intérêt pour l’avenir de l’humanité, son sort est réglé en quelques lignes. La science par définition ne peut pas être porteuse d’éthique, ce sont les croyances collectives qui décident de l’éthique et du financement de la recherche. Et quand on dit que l’humanisme, le capitalisme, et les droits de l’homme sont des croyances comme les autres, ça casse un peu les pattes, parce que c’est vrai. On rajoute une louche sur l’inexistence du libre arbitre et le fait que nous sommes tous un gros paquet d’algos et ça fait se demander pourquoi je passe du temps à écrire ce post au lieu de continuer à picoler dans mon siège classe touriste.

Nous avons abandonné le sens pour obtenir le pouvoir. Le sens des mythologies archaïques (Dieu, le bien et le mal clairement formalisés) contre le progrès scientifique et une vie sans repères mais où l’avenir n’est pas écrit mais peut potentiellement nous détruire. Comment construire une éthique personnelle hors des croyances ? Difficile de s’en sortir quand on admet que tout est croyance.

Malgré tout je préfère toujours la croyance dans l’approche libérale et les droits de l’homme au sens donné à la vie par une interprétation littérale des textes « sacrés ». Une vie dont le sens est la crainte du jugement dernier, et la torture des hérétiques, je ne trouve pas ça très excitant, et générateur de progrès. C’est une vie dans la crainte et la peur, et sans perspectives autres qu’un ordre immobile imaginaire.

Harari pose aussi des questions dérangeantes sur la souffrance animale – il est végétarien – sur la base des découvertes récentes sur le niveau de conscience et donc de souffrance des animaux. Hélas mon empathie pour l’espèce humaine reste limitée à mon cercle proche. Je sais que des enfants meurent toutes les secondes de maladies horribles en Afrique et je ne fais absolument rien pour les sauver. C’est dégueulasse, je sais. Enfin, oui et non. Vous faites quoi vous ? Est-ce que l’éthique consiste passer toute son énergie à minimiser la souffrance globale sur terre ou à essayer de vivre une vie sans trop se comporter comme un salopard vis à vis de son entourage et aimer ses proches, amis et famille ?

Encore un point intéressant. C’est la question du découplage entre l’intelligence et de la conscience. Pour les humains les deux ont toujours été de pair. Mais avec la technologie moderne, notamment l’IA, on arrive à faire des systèmes très intelligents et … absolument pas conscients. Est-ce que l’al(pha)go qui a battu Lee Sedol au Go a une conscience ? On n’en sait rien en fait mais c’est improbable, et si c’est le cas elle ne s’est pas manifestée. Nous allons nous entourer dans les années à venir de systèmes qui vont nous connaître mieux que nous-même et qui seront totalement dénués de conscience. Bon de toute façon … on ne comprend toujours pas comment la conscience fonctionne, alors …

Ayant oublié mon téléphone en sortant précipitamment d’un Uber un soir de la semaine, je suis allé sur iCloud, qui m’a montré où il était, j’ai envoyé un message sur le téléphone et j’ai pu joindre le chauffeur qui me l’a ramené le lendemain matin. C’était un Uber, il savait certainement que ce n’était pas une bonne idée de ne pas me le ramener. Il y a 20 ans je n’aurai pas revu mon téléphone (il y a 20 ans je n’avais pas de portable !!!) ni mes carte de crédit. C’est juste pas possible qu’on ne continue pas dans cette voie, parce que tous autant qu’on est on a envie de se faciliter la vie, d’être connectés en permanence, etc.

La seule issue est d’avoir une IA qui s’occupe de nous diriger et qui le fasse bien. En espérant qu’elle ne se fasse pas hacker par les russes ou les chinois. L’avenir est plein de promesses, si notre bêtise collective ne nous fait pas disparaître d’ici là.

Finalement c’est Elon Musk qui a raison. Barrons-nous sur Mars dans une Big Fucking Rocket (très non post sur le sujet ici), en espérant que Trump n’aie pas envie d’aller y construire des casinos …

PS : et si toute l’histoire autour de Trump était juste une guerre des sexes ?

slide1

C’est sur si il met un peu de maquillage, je vote pour lui !

20982701851_abb0e9d751_n

je préfère ce look là quand même 🙂

donald-trump-trans

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cet article, publié dans Société, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Une semaine avec Donald !

  1. Marc dit :

    Tu pars un peu dans « tous les sens » !!!!

    Une partie de ton texte m’a fait penser à ce que Michel Onfray a écrit :
    http://www.telerama.fr/livres/le-reel-n-a-pas-eu-lieu-le-principe-de-don-quichotte,110784.php
    http://michel-onfray.over-blog.com/michel-onfray-le-principe-de-don-quichotte-villard-de-honnecourt-23.05.2013

    Aujourd’hui, les faits, le réel n’ont plus de valeur.

    Ne compte que la communication.

    Les campagnes électorales américaine et aussi française montrent cela de façon flagrante.
    Cela aussi interroge aussi nos démocraties électives où ma conclusion est qu’il n’y a plus aucun sens à aller voter car tous les candidats au final se ressemblent : ils ne communiquent que pour se faire aimer et obtenir notre vote. Après ils ne font que ce qu’ils veulent et en général pour satisfaire leur propre intérêt et non l’intérêt de ceux qui les ont élu.

    • paleophil dit :

      Merci Marc ! Partir un peu dans tous les sens est ma marque de fabrique … mais c’est comme cela que ma réflexion fonctionne. Je partage le questionnement sur le fonctionnement de la démocratie actuelle (dont Harari dit d’ailleurs qu’elle est condamnée à terme, n’arrivant pas à suivre l’accélération des technologies) mais pas le fait que tous les candidats sont équivalents, même si ils sont tous narcissiques. Je pense que Trump est capable de déclencher un bordel pas possible, et que Clinton est plus prudente et plutôt attachée à laisser un nom à la postérité. Mais je peux être juste influencé par leurs communications respectives ?

  2. nfkb (@nfkb) dit :

    ah du bon Paleophil ! je me délecte (mais je vais être en retard au rdv-vélo !)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s