La réalité virtuelle, virtuellement réelle (post 3)

Accélération du virtuel et mélange des genres …

L’an dernier, à Build, la conf Microsoft pour les développeurs, j’avais vu une démo de Hololens tout à fait saisissante, où un démonstrateur se battait avec des aliens (virtuels) dans son salon (réel). Sur le coup je m’étais dit que la frontière entre la réalité et l’illusion (l’hallucination) venait d’en prendre un grand coup dans les dents. J’étais resté focalisé sur les applications professionnelles : architectes qui feront des visites virtuelles de leurs bâtiments, chirurgiens qui visualisent le corps du patient qu’ils opèrent en 3D. C’est déjà sérieusement disruptif, mais epsilonesque par rapport à ce qui peut réellement se passer.

On peut penser que, d’ici quelques années, la technologie nous permettra, soit de fusionner la réalité physique avec des éléments virtuels, soit de nous plonger dans des mondes complètement virtuels.

Vu les capitaux engagés et les enjeux, le marché, et les acteurs qui s’y bousculent (Google, Facebook, Microsoft, et les pure players comme Magic Leap), et notre vieille copine la loi de Moore (oui je sais, elle n’est exacte), ça ne fait à mon avis pas un pli.

Plus d’écran d’ordinateur, ni de téléphone, ni de clavier d’ailleurs. Tout est virtuel. Tout est code hormis le device qu’on a sur la tête (au passage, les fabricants de hardware end user ont du souci à se faire). Un conf call, un webex, une réunion de famille ou avec un client ? La réunion se fait dans un espace virtuel, on peut choisir d’être sa propre image ou une autre.

Pourquoi prendre sa voiture, le train pour se voir ? Une technologie mature peut permettre de jouer tout le « non verbal » … avec des capteurs qui permettent de rendre la subtilité des émotions sur un visage virtuel.

Une pensée pour mes enfants : L’avocat aura-t-il besoin de se déplacer pour plaider ? Le patient de bouger pour aller voir son médecin ?

Mais la téléconférence ou visite virtuelle avec avatars ne sont que la partie émergée de l’iceberg. C’est dans le domaine des loisirs que tout cela va exploser.

Virtualisés sans le savoir … et de plus en plus

Nous sommes déjà largement engagés dans cette voie. L’invention de l’écriture, de l’imprimerie, puis du cinéma, et aujourd’hui Internet ont permis de transmettre de manière asynchrone de la connaissance à distance, de manière de plus en plus efficace et massive. La radio, la télévision, le téléphone fixe puis portable, internet encore, le synchrone en plus pour s’affranchir des distances physiques. Je suis en ce moment dans un avion et mon voisin lit un livre, un autre regarde un film, la plupart ont des écouteurs sur les oreilles, d’autres jouent à des jeux vidéos, moi j’écris : chacun est dans sa propre réalité intellectuelle virtuelle, totalement découplée de l’instant présent physique (assis dans un tube de métal qui se déplace à 800 km/h à 10 km de hauteur).

En fait, une grande partie de notre vie est déjà virtualisée. J’écris sur mon ordi un papier virtuel (j’ai appris à écrire sur des cahiers avec une plume sergent major, seuls les plus de 50 ans peuvent connaître ça) que je vais poster (virtuellement bien sur) sur le net pour que des lecteurs aux quatre coins du monde puissent le lire et y réagir. On n’est plus tout à fait dans le salon de Madame de Récamier, enfin, si, sauf que la technologie l’étend au monde entier, avec des contraintes que tout le monde est ravi de faire sauter.

An niveau entertainment, nous sommes passés du théâtre au cinéma, en 2D puis en 3D. Des programmes à heure fixe au on demand. La technologie a rendu accessible et mécaniquement reproductible l’accès à des lieux lointains, la vision d’interactions entre humains imaginées par un tiers pour nous émouvoir et nous faire réfléchir. Cela n’étonne plus personne aujourd’hui d’aller voir un film qui se passe dans le passé / le futur et dans des lieux plus ou moins réels. On raconterait ça à Victor Hugo, il ne nous croirait pas !

Et de plus en plus de films ont recours à la technologie pour produire des images … un ami qui vient de voir le livre de la jungle nouvelle version s’émerveillait du réalisme des images par rapport au dessin animé que j’ai vu quand j’avais 12 ans.

La réalité virtuelle va faire s’interpénétrer nos différentes réalités encore plus et plus efficacement parce qu’elle va amener l’expérience (cf le post précédent sur la conscience) en plus de la connaissance.

Plus besoin de prendre l’avion pour aller voir Macchu Picchu, le sommet de l’Everest, les grands fonds marins. On pourra tout visiter virtuellement en famille, sans quitter son (ses) canapé(s). Comme quand on regarde la télé, sauf que l’expérience va être de quelques ordres de magnitude plus intense.

Le CEO de Magic Leap travaille avec Peter Jackson, le cinéaste du seigneur des anneaux et qui a imaginé la planète d’Avatar : ils sont en train de fabriquer des mondes virtuels qu’on pourra explorer, seul ou en groupe. Peter Jackson pense que le marché de la réalité augmentée sera plus important que celui du mobile en 2026. En fait il a créé dès 1993 sa propre société de production d’effets spéciaux, Weta Digital qui travaille pour lui et plein d’autres studios. Une de leurs dernières prouesses est d’avoir recréé un faux Paul Walker pour finir Fast and Furious 7 après sa mort. Donc dans le film, certaines scènes c’est lui, d’autre c’est un avatar, fabriqué de bric et de broc, et il est impossible de faire la différence … article ici.

Les quidams pourront créer aussi leurs propres univers, comme aujourd’hui les amateurs de jeux vidéo peuvent créer leurs propres cartes et inviter d’autres à jouer dans ces espaces.

On va donc voir une explosion de la création d’univers virtuels, et ça va remplacer le cinéma, les jeux vidéo, les concerts et une grande partie des voyages. Je n’ose pas imaginer l’impact sur l’industrie pornographique (qui représente quand même 1/3 du trafic internet).

La virtualisation de … la vie entière ?

Ca donne quoi comme monde ? Un accès phénoménal à la connaissance, à l’expérience – puisqu’en réalité virtuelle ou augmentée, on ressent (alors que devant un ordinateur  on pense). Des possibilités créatives décuplées. Du partage et de interactions avec d’autres humains inimaginables aujourd’hui. On pourra visiter des lieux qui n’existent pas, expérimenter des drogues virtuelles qui mettront notre cerveau sens dessus dessous et modifieront encore plus notre rapport à la réalité « réelle », discuter et participer à ce qui se passe n’importe où dans le monde (les logiciels de traduction automatique seront devenus aussi banals qu’un traitement de texte) et tout un tas d’autres application qu’on ne peut pas imaginer aujourd’hui …

Tout cela reposera sur une infrastructure informatique de plus en plus indispensable et colossale. Vous imaginez le volume de données à traiter ? Il va falloir en construire des data centers dans le cloud, au fond des océans et au sommet des montagnes …

Mais aussi une vie sous contrôle. On s’émeut parfois du fait que le téléphone dans notre poche « sait » tous nos mouvements, nos expéditions dans des mondes virtuels seront par construction totalement traçables. Quand je vois la quantité de pub (en général bien ciblées) que je reçois sur FB, ça ne va pas s’arranger. La question du respect de la vie privée, du rapport du citoyen à l’état… Surtout si on développe des camps d’entrainement au terrorisme virtuels !

Et puis ça ne va pas vraiment nous inciter à faire de l’exercice. Enfin, ça dépend …

Et la sueur dans tout ça ?

Il y a quelques jours je suis allé faire du sport dans une salle de gym. Il y avait des vélos avec un écran qui permettait de choisir un parcours et de faire la course avec des cyclistes virtuels. Moi j’ai pris une route sinueuse au coucher du soleil, mon voisin un chemin au milieu des pyramides et des palmiers. Le logiciel permet de se comparer à ses potes … voire même de faire des courses virtuelles en étant à des endroits différents.

Une vraie sortie en vallée de Chevreuse c’est cool mais en plein hiver, moins. Et puis mon pote Rémi habite à Lille alors si je veux faire du vélo avec lui c’est compliqué ! L’expérience aurait été encore meilleure en immersion et sans voir des gros pixels !

(à suivre …)

PS : je recommande chaudement la lecture de snow crash que je suis en train de lire et dont la dimension prémonitoire me sidère (écrit en 92). A l’époque je vendais les premières stations Unix pour faire de la CAO et on trouvait ça révolutionnaire. Pas de messagerie (elle est apparue un ou deux ans après), pas d’internet, pas de portable et les jeux vidéos c’était supermario. Et Neil Stephenson décrit des clés USB, des jeux vidéos en 3D, un équivalent de Google, des avatars et des mondes virtuels … C’est remarquable.

Pour les francophones ça s’appelle … le samourai virtuel.

Si vous voulez avoir un petit aperçu de ce que ça peut donner en réalité virtuelle (avec un zeste de robotique), je vous recommande d’aller voir ce court métrage : the nostalgist.

En réalité augmentée ou mixte (ce que Magic Leap revendique)  cette vidéo de démo est assez spectaculaire !

 

 

 

Cet article, publié dans Réflexions diverses, Technologie, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour La réalité virtuelle, virtuellement réelle (post 3)

  1. nfkb0 dit :

    Data center en haut des montagnes ? #shotgun 😉 !!

  2. paleophil dit :

    C’est pas un peu fini ces commentaires lapidaires et hashtagués ? Je te trouve un peu mou du cortex préfrontal en ce moment mon ami 🙂

  3. Marc dit :

    « On peut penser que, d’ici quelques années, la technologie nous permettra, soit de fusionner la réalité physique avec des éléments virtuels, soit de nous plonger dans des mondes complètement virtuels. »
    Nous allons donc être confronté à de plus en plus d’humains qui sombreront dans la folie que je définirai comme l’incapacité à faire la part entre le réel et le non réel.

    Tu parles de transmission de connaissances.
    Quand on lit qu’aujourd’hui 10 % des jeunes sortent du système scolaire avec des difficultés de lecture, comment va progresser la connaissance ?
    Avec des écrans, de la réalité virtuelle où le footballeur ou les participants de téléréalité sont les stars ?
    Tu parles de réalité intellectuelle virtuelle, certes mais est-ce que tout cela continuera à favoriser « l’intellect » . J’en doute.
    « La réalité virtuelle va faire s’interpénétrer nos différentes réalités encore plus et plus efficacement parce qu’elle va amener l’expérience (cf le post précédent sur la conscience) en plus de la connaissance. « . Crois tu vraiment que l’expérience de la réalité virtuelle va s’ajouter à la connaissance ou plus vraisemblablement à mon sens va se « substituer » progressivement à la connaissance ?

    Tu postules donc que ces réalités virtuelles va favoriser la connaissances.
    Moi je pense au contraire que tout cela va faire que les gens penseront de moins en moins pour « expérimenter » de plus en plus.
    Je ne peux pas m’empêcher de me rappeler le roman « le meilleur des mondes » de Huxley où tout le monde devient « accro » à la « pilule du bonheur » où la virtualité était chimique.
    Or dans ce que tu décris, bientôt elle ne le sera plus uniquement chimique mais le résultat sera le même : une rupture , une coupe à la réalité et alors j’imagine le pire !!!!!

  4. Marc dit :

    Je ne résiste pas à mettre ce lien :
    https://grangeblanche.com/2016/05/21/theranos-la-meilleure-des-tragedies-grecques/
    Cela montre à quel point le progrès, l’innovation ne doivent pas empêcher de penser, d’avoir un esprit critique et aussi à quel point notre société est devenue « spéculative » sans retenue.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s