Moi, Devialet et Phantom : Part 3 (et fin)

Note liminaire : si vous arrivez direct sur ce post, et que vous ne savez pas ce qu’est Phantom, il peut être intéressant de lire les posts précédents ayant le même titre, qui sont à portée de clic sur la flèche « précédent ».

Phantom est un objet génial et disruptif, qui du coup fait gamberger et ouvre plein de nouvelles voies. On admire au passage l’audace de ses créateurs à attaquer un marché tellement différent de ce qu’ils faisaient précédemment, même si c’est clairement la plateforme de croissance de la société, qui justifie que les investisseurs aient remis 25 millions au pot. Bien sur on reste dans l’audio haut de gamme, mais je n’aurais jamais acheté une chaine “Expert” alors que j’ai acheté Phantom : donc marketing, marché, clients, attentes sont différentes même si dans tous les cas au final on transforme des données en vibrations sonores, pour être un peu trivial.

Comme la disruption numérique c’est un peu mon quotidien, je vais me hasarder à donner mon avis voire quelques conseils. A titre gracieux, mais s’ils sont pertinents, je veux bien un deuxième Phantom en prime et plus si affinités 🙂

Allons y pour Phantom 2.0 🙂

Tout est application de nos jours, et ça n’est pas prêt de s’arrêter, comme dirait l’oncle Kurtzweil et sa LOAR. Des atomes aux octets, comme je l’ai joliment lu récemment.

52 applis en moyenne sur nos téléphone, une infime partie utilisée régulièrement. Un truc intéressant ? On le télécharge, en général c’est gratuit, si on n’arrive pas à s’en servir, direct poubelle. Si c’est “juste” une appli, tant pis pour le créateur, comme à un instant t il y a une dizaine qui font pratiquement la même chose, celui qui n’a pas fignolé son ergonomie ou ses fonctionnalités part aux oubliettes vite fait.

Interface et/ou application ?

Quand l’appli fait partie d’un système (avec des atomes et des molécules d’air qui bougent), comme dans le cas de Phantom, c’est plus critique. Parce que l’utilisateur n’a pas le choix. Je connais bien ça avec l’Axe FX, et avec les systèmes Line6 que j’ai utilisé par le passé.

Sur l’Axe FX il y a des boutons pour piloter l’interface, mais c’est infiniment plus simple avec l’appli. L’appli est gratuite, la machine coute 2500 USD. Pendant des années les clients ont râlé parce qu’ils voulaient une appli qui marche. Ca ne change pas le son, mais l’”expérience client” comme on dit aujourd’hui. Cliff Chase, le CEO de Fractal Audio d’expliquer que ce qui compte c’est le son, qu’il n’avait jamais garanti une appli avec sa machine, mais il a fini par craquer et développer une appli digne de ce nom, et il a eu raison : c’est aujourd’hui un des critères d’achat de l’objet en question.

Phantom n’ a pas d’interface per se, ce qui est assez couillu; on ne sait même pas si il est allumé ou éteint. Steve Jobs aussi détestait les boutons marche arrêt mais il a fini par accepter d’en mettre sur ses produits. Je verrais bien une led quelque part sur l’arrière de Phantom qui nous indique dans quel état il est : somnolent, connecté, en recherche de réseau, prêt à envoyer du bois, proche des fatidiques 105 dB, par exemple autour du bouton de reset. Pas facile à faire sous forme de mise à jour de firmware, par contre :-). Dialog clignote un peu, lui, mais en général n’est pas à portée de pupille.

Spark : L’application qui fait des étincelles 🙂

J’en parle parce que je ne trouve pas l’appli top d’un point de vue ergonomique, alors que c’est sans doute un tour de force technologique.

Avec Spark, la phase de configuration est frustrante parce qu’on ne sait pas ce qui ne marche pas quand ça ne marche pas et on se sent très con dans ces cas là, et en utilisation quotidienne au début l’appli n’est pas super intuitive. On sent qu’il y a du potentiel, notamment le fait de pouvoir accéder aux playlists de n’importe qui, et la synchronisation automatique entre tous les Sparks qui causent à un Dialog mais bon … peut mieux faire.  Pas possible de stocker en local les morceaux par exemple. Dommage, parce que j’aime bien écouter aussi de la musique dans ma voiture, ça ne peut pas streamer et je ne peux pas emmener Phantom avec moi :-).

Une interface « expert », voire carrément une autre application qui permette d’accéder aux infos techniques (réseau, mode de communication utilisé …) faciliterait le dépannage en cas de problème  et donc la vie des techniciens du support et des clients …

Et puis, comme sur les autres objets que je pratique du même type, j’aimerais bien pouvoir utiliser Phantom sans Spark, ni Dialog, même en mode dégradé.

Dialogue ou monologue ? Fixe ou mobile ?

Phantom peut trôner dans un salon sur sa colonne romaine mais c’est aussi un objet pour faire la fête. Pour l’instant c’est là qu’il m’épate le plus. Comme objet nomade il peut s’améliorer.

Phantom nécessite Dialog, un AirPort est recommandé , éventuellement un Bluetooth, et quelques câbles. Ma femme a l’habitude de me voir me déplacer avec des kilomètres de câbles, guitariste électrique oblige, mais pour une personne normale c’est sans doute un tue l’amour. Quand je l’ai emmené en Week-end j’ai du reconfigurer deux fois (Phantom, pas ma femme :-)) … Il est peut être possible d’utiliser l’entrée numérique sans le reconfigurer, mais j’ai pas osé prendre le risque.

Ce n’est pas possible de juste brancher son iPod.

Enfin si, avec un cable TosLink, un convertisseur A/N et un jack/cinch. Donc je tombe à genoux et je prie : une entrée analogique s’il te plait Monsieur Devialet ! Un bon vieux mini-jack 3,25 ferait l’affaire. Avec priorité sur les autres sources et sans passer par Spark. Comme ça, même au fond d’un château-fort et sur un groupe électrogène, on peut faire la fête avec Phantom. Vu le prix d’un convertisseur, même de bonne qualité, c’est facile. Ou alors une entrée USB, qui prendrait directement du numérique qui sort d’un téléphone. On en parle dans les articles … mais je ne l’ai pas trouvée !

Pour ne pas “polluer” le design de Phantom, on peut mettre tous ces connecteurs dans Dialog, qui méritera alors mieux son nom et on les fait avec un bout de câble RJ45 qui transporte aussi l’alim 9V, comme fait Fractal avec son pédalier midi, même pas besoin de brancher Dialog sur secteur.

Phantom a de la poigne, il pourrait avoir une poignée

Pour que Phantom soit vraiment portable, il faudrait  lui donner une poignée. Ca va que je fais des Kettlebells et du Movnat mais le bestiau est lourd et surtout difficile à attraper, étant tout en rondeurs. Mon Mesa Boogie qui pèse 35 kilos est rectangulaire et a des poignées. Une poignée escamotable sur la “colonne vertébrale” serait rudement pratique et pourrait contribuer à l’élégance de la bête. Je rappelle ici le design totalement innovateur que Steve Vai avait fait sur son modèle signature Ibanez, qui était par la suite devenu immédiatement reconnaissable :

Plus besoin de flight-case !

Plus besoin de flight-case !

Votre Phantom : nu ou habillé ?

La portabilité amène d’autres idées : un étui pour le transporter sans flipper ni abimer les boomers : là il faut le remettre dans son emballage d’origine, certes fort élégant, mais peu pratique. J’ai bien aperçu quelque chose sur le web, mais ça ne semble pas avoir été réellement produit.

On peut imaginer des “skins” qu’on pourrai ajouter sur l’objet, à la manière des coques de protection sur les téléphones mobiles et les tablettes, et les ordis. Il y a tout un écosystème à créer là. Entre les attentes des chinois et des émirs qui vont se jeter goulûment sur ce luxe made in France et Bernard Arnaud dans les actionnaires, des synergies sympa voire délirantes à trouver avec les marques de luxe de LVMH, entre le skin et la version custom :

  • Un étui en cuir et en toile monogramme Vuitton, telle la valise mythique !
  • Spécial émirs  : des diamants sur les boomers et une coque or. Ils le font sur des voitures, alors pourquoi pas sur Phantom ? En plus on peut en mettre plein dans la maison, y compris dans les salles de bains, et ça sera assorti à la robinetterie 🙂

Phantom militarisé pour musiciens

Le musicien de scène ou le week-end warrior qui répète tous les Jeudis (suivez mon regard) et qui a le dos qui faiblit la cinquantaine arrivant sera ravi de pouvoir envoyer 105 dB à un mètre lorsqu’il reprend “highway to hell” devant une foule en délire de 20 spectateurs, sans avoir pris son semi-remorque.

De plus en plus de guitaristes utilisent des préamplis ou des pédaliers numériques :  Axe FX, les pédaliers Line6 ou Boss, le Kemper qui est un autre ovni musical …Un modèle de Phantom spécifique “ruggerized” ou “beer-proof” trouverait sans doute son marché, y compris à ce niveau de prix.

Ou une paire pour servir de sono, pour tout le groupe, comme le fait Bose. Ne voulant vexer personne, je ne vais pas comparer la qualité; ceci dit Monsieur Bose à sa manière et en son temps a été sacrément disruptif aussi dans le monde de l’audio grand public et professionnel.

Dans ce cas pour des raisons de fiabilité, on préfèrera une liaison filaire, et de toute façon sur une scène il y a des fils partout. Une entrée audio stéréo, en analogique ou en numérique sur Dialog, deux sorties (ou 4 … ou 6), ou la possibilité de multiplexer vers un routeur, en RJ45 et là on est rassuré : ce sont des electrons qui passent dans des fils, pas des ondes. Ca peut paraitre old-school ce que je raconte et ça l’est peut être. Après tout ma popre guitare n’est aps branchée physiquement dans mon préampli, j’utilise un système sans fil Line6.

Devialet a un boulevard ouvert à partir de Phantom :

  • Les amélioration de l’appli et du firmware comme le fait Fractal Audio, sont une manière très puissante de fidéliser les clients et de leur donner l’impression (réelle) que l’amélioration du logiciel est une “anti obsolescence programmée”, et donc permet de vendre les produits chers parce qu’on sait qu’ils vont durer plus longtemps. Voire de réagir sur des nouvelles fonctionnalités proposées par les concurrents sans avoir besoin de sortir un nouveau produit. Magie du logiciel …
  • Des contrats d’apport d’affaire avec les fournisseurs de musique streamée intégrés en natifs dans Spark, ce qui est quand même plus facile que de passer par le BlueTooth etc. C’est comme ça quej’ai dépensé 200 euros en 3 minutes sur Qobuz que je ne connaissais pas avant d’avoir ouvert Spark !
  • Un écosystème d’accessoires « labellisés » ou vendus en ligne par Devialet, à la manière d’Apple.
  • Je crois beaucoup à la version « luxe » de ce type d’objet. Apple a vendu quelques centaines de milliers d’iWatch à 18.000 USD et prévoit de vendre plus d’un million  par mois, surtout pour le marché chinois –  qui ont exactement les mêmes fonctionnalités et la même forme que celle à 375. Juste parce que le boitier est en or durci bla bla bla. Très bon article sur le sujet ici  qui décrit aussi la théorie de Veblen : plus c’est cher, plus c’est désirable, bien connue des fabricants de cosmétiques féminins. Phantom est déjà assez luxueux, mais c’est facile de monter en gamme et d’atteindre des prix de dingue. Le marché de la montre est un très bon exemple, avec des étagement de prix en mode exponentiel chez des fabricants comme Jaeger Le Coultre, pour citer une marque que j’aime bien.
  • Il serait logique de décliner le produit en plus de deux modèles … à voir jusqu’où Devialet peut descendre sans abatardir sa technologie et son image de marque. Autant un problème de marketing que d’ingénierie.  Par contre pour des versions « weaponized », « waterproof », « beerpoof », ça peut être assez simple à développer, l’engin était déjà visiblement construit comme un tank.

Et puis évidemment, comme le sous entend article de Wired que vous pouvez trouver ici  dans la période actuelle où la french tech (re) devient à la monde, ce concentré de technologie, de disruption, d’élégance et … d’arrogance … est so french que ça le rend aussi désirable à San Francisco qu’à Pékin !

Ca me rendrai presque chauvin 🙂 … et acheteur d’actions, si la société était cotée !

Cet article, publié dans Musique, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

15 commentaires pour Moi, Devialet et Phantom : Part 3 (et fin)

  1. nfkb0 dit :

    j’envoie ton billet à mon pote qui bosse chez Vuitton !

  2. Grégo dit :

    Bon soyons clairs. Tu mérites ta place, et de très loin, de chef marketing chez Devialet.
    y’a pas photo.

    • paleophil dit :

      ha ha c’est gentil et venant de toi je sais que c’est sincère, mais ça risque d’être un peu plus compliqué 🙂 mais merci !

      • Je transmets tes articles au directeur marketing de Devialet, tu vois avec lui si tu veux prendre sa place 😉

      • paleophil dit :

        Prendre sa place pas forcément 🙂 travailler avec lui surement … le marketing (en l’occurrence mon métier à plein temps) est un vaste domaine en pleine effervescence technologique et dans lequel on a besoin de moins en moins d’exécutants et de plus en plus de stratèges. Dans le cas de Devialet le truc passionnant c’est le produit : en ce qui concerne le gotomarket numérique ils sont déjà très forts. Même si ils continuent à dépenser du fric pour m’envoyer des pubs internet pour le phantom alors que j’en ai déjà un. Mais c’est vrai que j’ai aussi reçu un mail pour un acheter un deuxième avec un prix « client de la première heure », ce qui est astucieux ! Blague à part si tu le connais j’aimerais bien le rencontrer juste pour discuter …

  3. Sylvain dit :

    Intéressé (bien qu’échaudé par le prix). Ca reste compliqué pour mon utilisation…y a pas d’entrée jack classique (le truc basique hein), pfff…je sais pas si je suis prêt à sauter le pas, ça a l’air plus simple d’être aidé pour les premières utilisations.

  4. FuriousBastard dit :

    Salut,
    Si j’ai bien compris ton CR, c’est un genre de Boombox pour gens fortunés? ;o)

    • paleophil dit :

      C’est un peu réducteur mais on peut voir les choses comme ça. Mais ça fait vraiment Boom, et le rapport « quantité de boom sur volume » est unique sur le marché. Pour dire les choses autrement, on peut avoir une qualité sonore comparable pour moins cher, mais ça prend 4 fois plus de place, pèse deux fois plus lourd, c’est moins joli et ça cause pas internet. Et redécouvrir des morceaux en streaming de qualité, c’est plutôt sympa.

  5. guy dit :

    Bonjour,
    effectivement phantom est un objet desirable et de qualité.On redécouvre sa musitheque,une nouvelle dimension musicale est née !DEVIALET l’a inventé,bravo!

  6. Mauss dit :

    tant de bruit pour un sous-bose qui ne tient pas la distance en comparaison aveugle avec des enceintes classiques se situant dans la même gamme de prix.
    Autant on peut s’enthousiasmer pour les amplis, autant là, c’est déception puissance 10.

    • paleophil dit :

      C’est un peu exagéré !!! Certes, je trouve que le marketing de Devialet est un peu trop « dans ta gueule » (4500 watts et 0 distorsion, la meilleure enceinte du monde, etc.) mais dire que c’est sous-Bose, c’est injuste ! Une fois que ça marche, ça marche quand même bien. Même si je pense qu’il y a des compétiteurs équivalent dans cette gamme de prix. Mais je ne pense pas qu’on soit volé par rapport au prix. Et c’est fait en France …

      • Mauss dit :

        D’abord merci d’avoir pris le temps de relativiser mon commentaire. Mais vous le savez, le web permet des expressions un po « allegro vivace ».
        En fait, lors de mon écoute à Bordeaux, autant on est impressionné par toute la technologie du système et autant je reste ébloui par la série des amplis, autant sur la qualité sonore de cette enceinte dont le prix reste costaud, on a le droit de critiquer. C’est avant tout un superbe produit marketing… qu’il faut impérativement choisir après écoute à l’aveugle.
        Alors le bémol viendra de ce que j’aime écouter : les Passions de Bach, les opéras de Puccini, Verdi, Wagner. Et là, par rapport à des enceintes type Triangle ou Martin Logan, avec un bon Krell et un Micromega, on est loin, très loin, du minima qualitatif qu’on doit atteindre à un tel prix.
        Ce sont des enceintes qui vont plaire aux amoureux des boum-boum-pan-pan, mais pour les voix de Stich-Randall ou Gruberova, on repassera…

      • paleophil dit :

        Oui je sais et c’est un bon exercice de distancier un peu les choses et de ne pas se laisser embarquer. Même pour moi. Je suis allé dans leur show-room et effectivement, entre deux Phantom et un ampli Devialet avec les enceintes qui vont bien (je ne me souviens plus de la marque), il n’y avait pas photo. Mais la config coutait 4 fois plus cher ! Si vous écoutez de la musique classique (ce qui n’est pas mon cas, moi je suis assez boum boum 🙂 ) le Phantom est revendiqué comme « brut sans correction aucune » mais j’ai quand même l’impression qu’il génère plus de basse que l’enregistrement initial, et les médiums sont un peu fouillis. D’ailleurs sur le nouveau modèle (à 2500 euros le bout) ils ont changé le tweeter … et il n’y a toujours pas de HP pour les mediums.
        Ceci dit, ce n’est pas que du marketing non plus, comme vous le dites ils ont déposé une tonne de brevets et l’objet est techniquement innovant : que ce soit les boomers positionnés symétriquement ou les techniques d’amplification. J’en ai vu un coupé en deux et il y a du monde sur la carte ! La bonne nouvelle c’est que nous vivons dans un monde de choix ! Profitons en !

      • Mauss dit :

        Nous voilà en phase ! Et c’est comme dans le vin : chacun a son palais pour déguster et chacun a son oreille pour écouter.
        En fait, c’est évident que les solutions techniques de ces petits génies de Devialet ont un intérêt majeur pour bien de potentiels acquéreurs, – et ils ont raison de mettre cela en valeur – ne jamais oublier, quand même, qu’un système classique doit trouver une priorité d’achat en fonction de ses possibilités de budget, de ce qu’on écoute, et de ce qu’on attend. Mais là encore, dans le même budget, il y a des systèmes « classiques » particulièrement performants : par contre, trouver un revendeur qui s’occupe de cela plutôt que de sa marge… c’est autre chose !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s