Vagabondage nocturne et virtuel …

Bon je devrais pas commencer un post, mais plutôt aller me coucher. Une soirée tranquille et solitaire, enfin, si on peut être solitaire quand on passe sa soirée devant son mac, c’est à dire en relation avec le monde entier.

Allez hop, un pt’it coup de Garmin Connect pour voir ma séance de ce midi et la FC de Philippe qui courait avec moi.

Un tour sur FB pour voir les photos de Rémi, qui me donne envie d’aller regarder un article sur son blog sur les charges d’endurance chez les champions …

Un coup de AirBnB pour préparer ma ballade à NY la semaine prochaine…

Quelques mails perso et deux achats de bouquins sur Amazon … 

Regardé quelques vidéos de James Barrat, découvert Ben Goertzel et Steve Omohundro …  et allé voir le site de Humanity+.

En fait, je suis allé sur 136 liens différents depuis que je suis rentré, soit en gros 40 liens à l’heure. Je viens de compter !

Bref, j’ai été dans plein d’endroits différents sans quitter la table de ma cuisine et ma tasse de thé vert. Tout en étant tartiné d’argile verte d’un côté et de gel chauffant à l’Arnica de l’autre … mais je ne mettrai pas de photo en ligne 🙂

Je voulais juste poster une petite réflexion marrante sur le grand écart qui existe dans ma vie et sans doute dans les vôtres. 

En fin de semaine dernière je tombe sur un article sur les vertus du collagène, protéine indispensable qui se raréfie exponentiellement avec l’age (article péche par clair et lipide ici). Certes un peu promotionnel 🙂 mais pas pour autant faux. D’autant plus que Dave Asprey me pourchasse avec le sien, qui est bulletproof bien sur et upgraded !

Connaissant mon côté compulsif et le peu d’efficacité de autres poudres de perlimpinpin que j’ai pu acheter ici et là, je ne dégaine pas mas carte bleue mais en discute le soir lors d’un diner avec Greg. Qui est un sacré cuisinier et m’explique qu’il pratique beaucoup la cuisson à très basse température : genre le pot au feu 72 heures à 60 degrés. Et on le trouve où le collagène, mes amis ? Dans les bas morceaux (paleron, basse côte) que je n’achète jamais. Et dans les bouillons de viande à base d’os que je ne fais jamais. L’alimentation ou la troisième médecine … Seignalet recommande de ne pas dépasser 120 degrés pour la cuisson des aliments. 

Bio-hacking ou retour à la tradition ? Deux solutions diamétralement opposées pour traiter le même problème ???

Je ne sais pas si ma femme va me laisser acheter la thermo-sonde au degré près pour faire ce type de plats (et si je peux apprendre à planifier un repas 72 heures à l’avance :-)) mais ça vaut peut être le coup de faire un calcul de ROI pour voir avec combien de boites de collagène on peut l’amortir. A 60 euros le kilo …

Ceci dit c’est moyen facile de mélanger son bouillon de pot au feu avec un café 🙂 et c’est vrai que la poudre c’est pratique .. 

Y’a vraiment des dilemmes qui sont difficiles à résoudre !

 

Cet article, publié dans Alimentation, Société, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

9 commentaires pour Vagabondage nocturne et virtuel …

  1. Renaud dit :

    Tu peux aussi utiliser de la simple gélatine alimentaire… ça se dissout même dans le café. Tu en trouves pas trop cher online en boîte de poudre de 500g ou 1Kg, ou sinon ce sont les feuilles que tu trouves au rayon pâtisserie des granmagazin (plus cher au Kg).

  2. nfkb0 dit :

    vive la pana cotta maison 🙂 et moi j’ose les photos d’argile verte monsieur ! http://www.nfkb0.com/2011/05/21/les-sportifs-sont-des-cons/

  3. nfkb0 dit :

    et pour poursuivre sur le collagène je suis allé lire l’article et c’est comme d’hab, sous une façade scientifique on te ***vend*** un concept foireux et donc un complément alimentaire

    les protéines sont digérées non ?

    donc pour la synthèse du collagène : manger varié, dont des prot (diminution de la consommation en vieillissant, tout fini par être piégé par l’intestin qui est un gros consommateur d’AA, d’où l’intérêt de bolus de prot chez les personnes âgées pour saturer l’intestin et en laisser passer dans le sang), du zinc (fromage, fruits de mer) et de la vitamine C et surtout se bouger ! se muscler ! toujours pareil !
    bye

    • Renaud dit :

      Globalement bien d’accord avec toi. Il est toutefois possible que la supplémentation en certains AA spécifiques (comme la glycine, la proline…), bien que pas forcément essentiels, puisse être bénéfique. Idem pour la modération en certains AA comme la méthionine (pourtant essentielle).

      • nfkb (@nfkb) dit :

        nan mais la GLY et la PRO y’en a partout non ?

      • Renaud dit :

        Oui, mais le ration glycine/méthionine varie selon les sources. Globalement les sources de protéines végétales sont « meilleures » de ce point de vue, sauf si dans les animales tu considères celles riches en collagène (museau, pieds de porc, etc…).

        Tu trouveras un fichier excel de ratios que j’avais calculé, jadis, dans cet article de l’ami Sylvain de C&L : http://clairetlipide.wordpress.com/2013/09/28/un-acide-anime-de-mauvaises-intentions/

        Disons que les pratiques modernes (bien bien plus récentes que le simple néolithique, hein) conduisent à consommer des sources au ratio particulièrement bas : du pur muscle.

        Exemples : blé noir 6, lentilles 4.8, avoine 3.5, tofu 3+, la plupart des « muscles » 2 et moins, fromages 1 et moins.

        L’importance de la chose est débattable, mais voilà les données chiffrées.

  4. Sylvain dit :

    Phil…? Hey Phil ! (désolé, j’ai encore le jour de la marmotte en tête…)
    Je souscris à l’avis de Renaud.

    A nfkb0 : Denise Minger avait abordé cette problématique lors d’un article « récent » c’est ici : http://rawfoodsos.com/2014/03/09/new-animal-protein-study/ Pour la reconstitution du collagène, si j’en crois mes problèmes récents, dormir compte aussi dans l’équation…réparation cellulaire plus profonde peut-être ?

    A Phil : Quand je fais pas du bouillon de poule, je me supplémente en Great Lake Gelatin : 2 pots donnés gracieusement par une lectrice, c’est salé et ça colle au palet si on les prend à la cuillère, mieux vaut cuisiner avec. Les sachets de gélatine alimentaire (type vahiné ©) peuvent faire l’affaire, mais une personne qui a travaillé dans l’alimentaire m’a dit que c’était pas terrible et que cette gélatine était extraite avec des solvants, c’est à toi de voir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s