Anniversaire

J’ai 53 ans aujourd’hui.

Je me suis demandé si je faisais un post, ou pas, et puis j’ai pensé à faire un truc marrant sur le temps qui passe en présentant des photos de moi à 2, 13, 17, 30, 40, 47, 50 ans et puis … comme je me suis fait braquer mon ordinateur récemment les photos sont dans le disque de backup et juste le temps de les récupérer sera plus que ce dont je dispose pour écrire ce post, ma femme tenant le chrono d’une main de fer :-).

Bon je vais quand même mettre une petite photo, histoire de faire un état des lieux :

No Photoshopping !

No Photoshopping !

Lou Reed est mort hier, aussi. C’était pas forcément ma tasse de thé, mais j’ai quand même passé des dizaines d’heures à écouter « intro » sur son live « Rock n Roll Animal » :

No comment !

No comment !

Avec les deux super session men de l’époque Dick Wagner et Steve Hunter, qui ont aussi joué sur les albums d’Alice Cooper que j´ecoutais aussi en boucle à l’époque, notamment « Billion Dollar Babies » … et même sur les premiers albums d’Aerosmith.

Si vous voulez vous faire un petit cout de nostalgie, on peut écouter « intro/sweet jane » en live ici.

Comme c’est étrange. Ce son finalement sans beaucoup de  distorsion alors qu’ils sont sur Marshall/Gibson, bourré de phasing au début, et les savants mélanges de penta majeure et mineure. Le son a peut-être vieilli, mais pas les gammes, ni les notes, et ça envoie du lourd, surtout sur la fin.

Ca ressemblait à ça :

Sur scène époque Rock and Roll animal

Sur scène époque Rock and Roll animal

Il a quand même une drôle de guitare …

Steve Hunter avec une guitare impossible à identifier ...

Steve Hunter avec une guitare impossible à identifier …

Et puis un ami de mes parents qui avait un minimum de culture rock m’avait offert « Berlin » avec son élégante calligraphie, son ambiance déprimée et son absence totale de guitares distordues (et cette épiphone totalement ridicule !!!) pour me remonter le moral quand j’ai passé 6 mois alité suite à un accident de vélomoteur …

By the wall

By the wall

Les guitares d’Alice Cooper, ça avait une autre gueule quand même :

Love it to death !

Love it to death !

On ne trouvait pas de SG blanche à 3 micros à l’époque à Périgueux 🙂 et cette image me transportait immédiatement dans un monde parallèle … mais revenons à mon anniversaire !

Donc vous n’aurez pas d’images de moi.

Juste l’essence.

On fait de l’anniversaire une date spéciale, on quantifie de manière discrète (au sens mathématique) un phénomène continu : l’écoulement du temps, entre la naissance et la mort. Donc à chaque fois qu’on le « fête » (pourquoi le fêter d’ailleurs, c’est une bonne question, sans doute histoire de se rassurer sur le fait qu’on est inséré socialement et qu’il y a des personnes qui vous aiment et qui pensent à vous) ça renvoie aux deux extrémités : la naissance et la mort … et mon fantasme de rester en suspension asymptotique le plus longtemps possible avant la chute finale et inévitable.

Que de noirceur allez vous dire ! il est d’humeur maussade le paléophil – et pourquoi donc, plein de potes lui ont envoyé des messages de bon anniversaire, il a passé un super diner en famille, donc, non, je ne suis pas maussade, pas du tout, et même tout à fait très heureux d’être en vie et en bonne santé.

Juste la naissance, le simple fait d’exister est une chance inouïe : pensons aux milliards d’ovules non fécondés, et aux centaines de milliards de spermatozoïdes qui ne remplissent pas leur mission (on va éviter les images ici … ) – le principe de la reproduction sexuée est quand même un immense gâchis, et donc l’existence un immense privilège.

Mais plus on vieillit plus il est difficile de rester dans la béatitude imbécile qu’on a lorsqu’on a 20, 30 ans, l’impression d’être immortel, ou en tout cas que la mort est tellement lointaine qu’il est inutile d’y penser. Depuis quelques années, mes grands parents sont morts, j’ai des proches qui sont morts de cancers, j’ai eu un cancer moi-même … j’apprends aujourd’hui qu’un de mes proches a une tumeur au cerveau … il y a évidemment cette impression que l’étau se resserre, qui est la définition de la vieillesse d’ailleurs : plus on est âgé et plus la probabilité de mourir dans un délai proche augmente.

Et pour autant : un jeune adulte de 30 ans peut mourir d’un cancer en 6 mois et un vieillard de 85 tenir la route encore dix ans de plus.

Bon je fais quoi avec ça, sur un blog sportif et biochimique ?

Plusieurs choses.

Je jouis des « petites choses » de la vie, sans modération : un rayon de soleil, un sourire, une ratatouille réussie, un fractionné bien fait, sentir l’amour de mes proches, expliquer l’harmonisation de la gamme majeure, être une oreille attentive, faire un câlin … vous voyez le topo. De l’ordinaire tellement ordinaire qu’il en devient extraordinaire quand on prend conscience que ce n’est pas parce que ça arrive aujourd’hui que ça arrivera demain – comme ces prospectus de banque qui disent « les gains passés ne préjugent pas des gains futurs ».  La vie c’est pareil : le bonheur passé n’est pas une garantie de bonheur futur, et le seul qui existe, c’est le bonheur présent, alors il faut l’attraper et surtout pas se dire que c’est OK d’être malheureux aujourd’hui parce qu’on pourra être heureux demain … parce que demain n’existe pas. Ou peut exister avec une tumeur, un accident de voiture, la mort d’un proche ou n’importe quelle catastrophe que vous n’imaginez même pas. 

Je me projette dans l’avenir (ce qui est assez contradictoire avec ce qui est écrit précédemment, mais je ne suis pas à une superposition quantique près, comme dirait Etienne Klein) parce que ça donne de la perspective : je veux faire un marathon en 3:15 dans 4 semaines, et puis 3:10 l’année prochaine, et puis faire du trail, et puis refaire des gammes à la guitare, et puis, et puis … et cette projection dans le futur met en tension mon quotidien et le structure. 

Je pense à ceux que j’aime (et dont j’espère qu’ils m’aiment en retour, mais ce n’est pas forcément nécessaire) et à qui je pourrai être utile un jour prochain, et si possible pas sous forme de souvenir. 

Je cherche, creuse, tourne, pour démonter et reconstruire ma perception du monde, les modèles interprétatifs que j’utilise pour analyser ce qui m’entoure et ce qui m’arrive, histoire de rester alerte et aussi parce que je ne peux pas m’en empêcher. 

Et j’entretiens mon corps, dans la mesure de mes moyens et de mes limites, qui est tout ce que j’ai parce que mes yeux qui regardent l’écran, mes mains qui tapent sur le clavier, et mon cerveau qui traite les données font partie de mon corps et que même si je suis interpellé par les transhumanistes, l’idée d’uploader ma personne dans un chip de silicone me réjouit modérément 🙂

Donc demain matin je me lèverai tôt pour aller faire ma sortie en endurance dans le parc, avec la nouvelle frontale que Greg m’a offert en préparation de la SaintéLyon,  en espérant que tout fonctionnera bien après les 26 bornes que j’ai fait hier et tout l’alcool que j’ai bu ce soir, et demain soir je fouillera sur internet en me demandant si la diète cétogène c’est vraiment bien ou pas, et j’irai peut être chatouiller ma guitare pour voir si je peux ajouter une note à ma pentatonique mineure favorite; et puis j’essayerai de finir mon livre sur les mitochondries … et commencer un des 15 autres que j’ai acheté sur Amazon et que je voudrais déjà avoir finis !

Peut être que a meilleure stratégie pour rester en suspension asymptotique est d’avoir tellement de choses à faire qu’on continue à avancer, même quand on n’a plus rien sous les pieds, comme dans les dessins animés de Tex Avery de mon enfance, où le coyote/loup/… court au dessus du précipice sans problème jusqu’au moment où il baisse les yeux et voit qu’il est dans le vide  ? 

La première loi d'une longue vie ...

La première loi d’une longue vie …

Et le temps qui passe passe pour tout le monde, même nos idoles, et même si on ne le voit pas ( je n’ai pas cherché Lou Reed …)

Bin oui c'est le même ... ou pas ?

Bin oui c’est le même … ou pas ?

Bon en tous cas j’ai épuisé mon temps d’écriture pour aujourd’hui.

No comment !

No comment !

A demain ?!

Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

10 commentaires pour Anniversaire

  1. Millezieux dit :

    C’est beau cette recherche sans fin !

  2. Millezieux dit :

    Bon anniversaire !

  3. Grégo dit :

    Et ben…quel beau post. Vivement ton billet des 54 ans :-))

  4. Pour une fois que je peux poster un message simple sur un article que j’ai intégralement compris, j’en profite 🙂 Joyeux anniversaire Phil !

  5. suzana dit :

    Love the article!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s