Minimalisme, encore et toujours

Malgré mon côté geek prononcé, j’essaye de réduire ma dépendance vis à vis des divers outils qui sont à notre disposition, en tant que sportifs particulièrement.  J’ai toujours utilisé un cardio depuis que je fais de la CAP, j’ai du mal à m’en passer y compris en course, comment faisait on avant  ?

Un article intéressant du blog de Joe Friel (70 ans, coach de triathlon, co auteur du « paleo for athletes avec Loren Cordain ») nous rappelle les méthodes d’entrainement pré-technologiques, il y a 50 ans : des intervalles en « endurance anaérobie » qu’il appelait « intervalles jusqu’à ce qu’on gerbe » (« intervals til you puke »):  un nombre d’intervalles inconnus et des durées de récup aléatoires. Ce qui touche un autre sujet, l’importance de l’aléatoire dans la vie en général et l’entrainement en particulier, même c’est c’est antinomique avec l’idée de programme et de modèle qui est au coeur de notre fonctionnement intellectuel.

Mais ce n’est pas mon propos maintenant : juste de dire qu’il y a 50 ans, on pouvait s’entrainer avec un simple chrono.

Le minimalisme passe évidemment par les chaussures (ou l’absence de). Mon échauffement et ma récup de la séance de samedi sont désormais faits pieds nus. Et j’ai même fait mon dernier intervalle de 500 sur la piste, sans chaussures.

Ce matin à la fin de la sortie longue, ayant attrapé une ampoule au niveau du tendon d’Achille hier qui commençait à m’agacer, j’ai fini les deux derniers kilomètres pieds nus, chaussures à la main. Je devais avoir l’air vraiment con, mais à mon âge, on s’en fout un peu. Dégoulinant de sueur, sans t shirt, avec mes pompes à la main …

Ca change tout de découvrir qu’il y a un sol, qui n’est pas toujours amical, qui possède des textures diverses … et aussi que l’atterrissage sur l’avant du pied peut être piloté au millimètre, ce qui n’est pas vraiment le cas avec des chaussures.

L’autre chose, c’est la respiration. J’ai déjà parlé dans un autre post de ce livre, Running on Air, qui recommande une respiration asymétrique et calée sur l’effort; J’ai réussi à faire mes deux séances du week-end en appliquant cette méthode et finalement … Ca pourrait permettre de se passer de cardio, pare que la mesure de l’effort vient de la respiration, tout simplement. En endurance tranquille, je suis à 2:3 (deux temps d’inspiration pour trois temps d’expiration), et quand je monte dans les tours je respire plus profondément, et en résistance je passe à 1:2 avec quelques inspirations profondes en 2:3 au feeling.

Du coup cela contribue à une course plus « intérieure » et « concentrée ».

Même si ça ne me fait pas courir plus vite, l’idée de pouvoir gérer mes sensations sans avoir recours à de la technologie me plait. Je finirai peut-être par courir avec juste un pagne en peau de bête, comme les héros des BD de ma jeunesse, qui sait ?

Je me suis quand même fait une séance avec mon Compex cet après midi et j’ai regardé attentivement les vitesses et fréquences moyennes de mes sorties.

🙂

Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Minimalisme, encore et toujours

  1. Serge dit :

    Je suis d’accord, c’est l’incertitude qui va obliger l’organisme à s’adapter, l’entraînement doit en tenir compte en variant les situations.

    • paleophil dit :

      D’où tout le mal qu’on dit du « cardio du dimanche », où les gens font le même effort à chaque séance, et qui au final ne sert pas à grand chose. Art De Vany parle beaucoup de la nécessaire dimension aléatoire, et des aspects « fractals » du fonctionnement biologique et de l’intérêt de le répliquer dans l’entrainement. Mais il faut que je relise son bouquin !

  2. Serge dit :

    Si tu ne connais pas, des éléments pour alimenter la réflexion…
    http://clairetlipide.wordpress.com/page/3/

    Je trouve son article sur la course à pied très bien fait. Avec une conclusion qui pose question:

     » Toute la vérité n’est peut-être pas décelable dans les présupposés que nous avons sur le mode de vie de nos ancêtres… »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s