Frenchman in New-York

Image

Everything else is a warm-up … when it happens !

Pas de marathon, mais une semaine étrange et pleine de surprises.

Les copains d’abord

Image

La position du photographe concentré …

D’abord une semaine passée avec Greg à discuter de course, de paléo et de plein d’autres choses – un vrai bonheur de pouvoir partager ses passions du moment sans avoir l’impression d’être un martien ou de parler chinois. Un plaisir rare que je pense nous avons apprécié tous les deux (les commentaires sont autorisés sur ce post).

Course

J’ai couru dans Manhattan de long en large et de haut en bas, seul ou en groupe, fait trois fois le tour de Central Park,  en plein soleil et sous la neige. 95 km en 6 jours, soit un peu moins de 16 kilomètres par jour et un peu plus de deux marathons.  Et je ne compte pas les kilomètres de marche – mais sans doute 3 à 6 par jour. On dira que c’était pour la récup.

Ca aurait été mieux sans la barrière …

Dimanche nous avons couru sur le parcours de la deuxième moitié du marathon, dans Manhattan, en petit groupe. Sortie un peu surréaliste. On croise des grappes de coureurs qui font le parcours dans l’autre sens, quelques New-Yorkais encore un peu endormis nous applaudissent au passage. Malgré notre carte du parcours, on se paume un peu dans le Bronx parce que le pont pour revenir sur Manhattan n’est pas ouvert aux piétons. Un papy de 64 ans nous rejoint et nous raconte un peu sa vie, il tourne à l’aise à 4 :40 au kilo et nous fait accélérer. Nous ratons l’entrée de la « Marathon Route » dans Central Park et la prenons à l’envers … Plusieurs milliers de coureurs tournent autour de l’arrivée du Marathon dans les deux sens et tout le monde y va de sa photo près de la bannière d’arrivée.  Au final 25 ou 26 bornes à 12,1 de moyenne (4 :58 au kilo) et une FC moyenne de 145, ce qui laisse bien augurer d’un marathon tenu en 3:30, mais cela reste encore à prouver !

J’affine ma stratégie vestimentaire – je cours avec la veste Gore sans t-shirt et quand je suis échauffé, je l’enlève et la noue autour des hanches tel la joggeuse du dimanche. Ca me permet de courir torse-nu et franchement c’est super agréable,  même par 40 °F, voire moins comme Jeudi matin où on était sans doute proche de zéro Celsius avec quelques rafales de vent.

Oui, c’est de la neige par terre. Non, ce n’est pas un montage !

A chaque sortie j’étais bien et j’avais envie de continuer à courir. Ca reste une bonne manière d’explorer une ville, et Manhattan est tellement divers qu’on ne s’en lasse pas.

Lundi Greg me propose de nous retrouver vers Chelsea pour déjeuner et je décide de faire une reconnaissance en courant en endurance histoire de récupérer de la sortie de la veille. 9ème Avenue pleine de travaux et de camions, slalom entre passants et voitures.  Arrivé au Chelsea Market, vers la 14ème  rue,  tout va bien et je continue donc à descendre, passe Canal Street, m’enfonce dans Greenwich Village puis Soho, petits immeubles et arbres dans les rues, contraste saisissant avec Uptown. Tant qu’à faire, autant aller jusqu’en bas de Manhattan et faire un tour près de Ground Zero et le Financial District.  Je découvre au passage Battery Park  avec vue sur la statue de la liberté et Ellis Island, avec quelques joggers et promeneurs, c’est totalement surprenant et 5 minutes après je suis à Ground Zero et des camions pompeurs d’eau et des bétonneuses. Retour par le Lower East Side, NoLita et NoHo, tentation de prendre le Williamsburg bridge pour aller dans Brooklyn mais ca ne serait vraiment pas raisonnable. Ensuite Broadway all the way up. Une petite vingtaine de kilomètres au total – regardez sur la carte.

Le Mardi nous allons courir dans Central Park.  Je découvre la ballade « tour du réservoir Jacqueline Kennedy Onassis », avec des vues superbes sur la ville, et nous rentrons en faisant les fous dans une espèce de labyrinthe qui est un hybride entre le bois de Boulogne et le parc des Buttes-Chaumont.

Le Mercredi matin (il ne neige pas encore) je décide de faire le tour complet de Central Park en allant un peu plus vite. Après un petit échauffement je me cale à 4 :30 au kilo, mon allure de semi,  et la fin du parc arrive vite. L’avenue Malcom X me tend les bras et je remonte tout Harlem. Quelques kilomètres à 4 :20  et 160 – 165 puls… pour faire un marathon en moins de 3 heures, il faut tenir 4 :15 pendant 42 bornes.  Encore pas mal de travail en perspective … Au final 19 bornes à 4 :45.

Jeudi matin, après la tempête de neige, il faut retourner voir Central Park sous la neige ! Manque de pot, c’est fermé. Nous essayons de rentrer quand même, mais nous sommes aux US – nous nous faisons toper au bout d’une minute et éjecter vite fait.  Nous nous contenterons d’un tour du parc – 13 bornes, en admirant  la neige de loin. Et une petite séance de photo pour avoir un souvenir.

Restaurants

Greg est un aficionado de la côté de bœuf « grass-fed » et comme nous sommes tous les deux branchés low-carb, il y aura beaucoup de viande rouge lors de ce séjour !

Le premier soir il veut m’emmener dans le « meatpacking district » … mais Sandy oblige, il n’y a plus d’électricité après la 14ème rue. Nous remontons un peu bredouilles.

Samedi soir, une churrascaria excellente, assez comparable à ce qu’on trouve au Brésil. Pour un diner chez une amie de Greg le Lundi soir nous irons dans Brooklyn à la recherche du meilleur boucher de NY – où on nous présente un train de côté de bœuf qui sera découpé à la scie sauteuse.

Image

Il est pas beau, mon train de côtes ?

Mardi soir nous allons dans un super steak-house près de l’hôtel. Pas sur que la viande soit vraiment « grass-fed » – mais la côte et l’entrecôte valent le déplacement.

Le Mercredi soir (soirée « bonus » puisque nous être dans l’avion) une taverne assez peu touristique où nous partageons une côté de bœuf gargantuesque, assis au bar, dans un fracas épouvantable, servis par un serveur français,  venu pour passer un mois et jamais reparti – « la restauration est un métier très dur, en France on le fait au Smic, ca vaut pas le coup, ici au moins on peut gagner sa vie correctement » Même discours de notre serveur lorsque nous prenons un brunch Dimanche au Waldorf – Claude est arrivé il y a 30 ans et n’est jamais reparti. Et pourtant on sent que la ville est brutale, et que la vie est difficile. Mais l’énergie coule à flots.

Image

La ration de protides … pour la semaine !

Et à part ça, il  a des odeurs de nourriture absolument partout dans NY. Du vendeur ambulant de pretzels et de saucisses à chaque coin de rue aux cuisines des restaurants qui exhalent une odeur de friture souvent brutale, les narines sont sans arrêt stimulées … voire agressées.

Image

Sucre à tous les étages et sous toutes les formes possibles

Croissance et reproduction

Image

Bon OK, elle a été faite 1000 fois mais on ne s’en lasse pas.

Les mêmes magasins sont partout. Et il y a beaucoup, beaucoup, beaucoup de lieux pour manger. Croissez et multipliez, business et adipocytes, même combat ! Starbucks à chaque coin de rue, maintenant Au Bon Pain et évidemment les MacDo, mais aussi Chipotle (tex mex plus ou moins organique), Dunkin Donuts,  et tous les autres où nous ne nous sommes pas arrêtés. On a une idée de concept, on le teste sur un ou deux, et hop, on conquiert le monde ; Ca vaut aussi pour les fringues avec les Gap, American Apparel, Levis, etc.

A chaque fois le concept est plus raffiné, et c’est une espèce de compétition darwinienne pour remplir l’estomac (et vider les poches) des américains. Les restaus pullulent, la compétition doit être féroce, et les chaines doivent raffiner leurs concepts en permanence pour continuer à attirer les clients. Par contre quand on descend dans Chelsea ou les autres quartiers du sud, là on va trouver des petits restos avec un côté très artisanal.

Image

P’tit coin de paradis … sous la neige.

Elections

Image

Le mythe du leader dans toute sa splendeur !

C’est la semaine des élections … Même si nous ne sommes pas scotchés devant la télé, il est difficile d’y échapper. Mardi soir il  y aura des émissions live à Times Square avec des écrans géants. F, l’amie Française de Greg avec qui nous dinons Lundi soir, nous explique qu’Obama est un dangereux socialiste à cause de medicare. Il sera pourtant réélu Mardi …  On parle des mensonges de Romney … et tout cela est théâtralisé à outrance, en fait quand on regarde les débats on a l’impression de voir un film d’action.

Image

Ta Daaaaa ! Bataille ! Baston ! Grok !

Rencontres

Le Mercredi il fait un temps épouvantable : une vraie tempête de neige. Greg me traine pendant une paire d’heures dans Nolita, au bout d’un moment j’en ai ma claque et je rentre en taxi. Je perds mon téléphone dans le taxi qui conduit comme un crétin. Coup de bol incroyable, Suzana appelle, tombe sur le client suivant qui me propose de le récupérer chez lui, 149 Bowery.

Nous retrouvons nez à nez avec ce couple gay dans un appartement magnifique, parlant français, mais ils ne nous inviteront pas pour l’apéro, dommage. Après un diner trop copieux nous décidons de rentrer à pied, probablement 5 kilomètres sous la neige, mais le spectacle est dément. En remontant la 5ème nous tombons sur une salle de crossfit accolée au magasin Reebok …

Image

Un amateur de crossfit anonyme …

Image

Au moins on manque pas de place …

Image

32 kilos la verte. Ouch.

Salle vert fluo et noir, en sous-sol, et des balaizes de la mort qui lèvent de la fonte à minuit. Très sympas, ils nous invitent à revenir le lendemain matin (à 5 ou 6 heures du mat, comme on veut), pour un cours de crossfit. Nous regardons avec respect les kettlebells de 32 kilos (ouch),essayons les agrès (aie) et nous replions prudemment et poliment, on ne déconne pas avec un mec qui a des biceps de la taille de mes cuisses.

Epilogue

Pas de marathon mais plein de course et de rencontres. Le choc de NY (comme dirait Nougaro) comme toujours. Tous les contrastes qu’on prend en pleine figure mais qui restent fascinants, et renvoient plein de questions sur notre modèle européen. Et l’envie de recommencer. Mais si je fais le marathon je ne pourrai pas courir autant …

Image

Good-bye … we will come back …

Si vous voulez voir plus de photos …

Des rues

Des bâtiments et paysages

De lieux de nourriture …

De la soirée electorale

Cet article, publié dans Alimentation, Compétition, Running, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Frenchman in New-York

  1. Grégo dit :

    Merci mon ami ! Superbe compte rendu. Il va aller directement dans mon scrapbook celui-là ! Supers souvenirs et émotions à le lire. Et je te claque la bise.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s