Minimalisme

Comme beaucoup de coureurs, et beaucoup de « geeks », j’adore le dernier truc à la mode, et qui me fait partir en pensée magique. J’ai donc consciencieusement acheté des chaussures avec super amorti, des vêtements techniques avec évacuation de la transpiration automatique, des collants de compression, un camelback pour m’hydrater pendant les sorties longues dans lequel je pile des BCAA pour protéger ma masse musculaire du catabolisme, des chaussettes à triple foyer et fil d’argent pour éviter les ampoules et les odeurs nauséabondes, des écouteurs pour iphone résistant à la transpiration et au fractionné… et j’en passe.  Je résiste au pilules qui permettent d’augmenter la VO2 max de 20% en une semaine, mais j’ai du mal. Et si ça marchait ?

A chaque fois il y a l’espoir, le désir secret qu’il va se passer un truc miraculeux qui va permettre d’aller plus vite, d’avoir moins mal … et globalement il ne se passe pas grand chose.

Depuis un an j’ai un peu changé d’attitude. A la fois pour des raisons pratiques et « philosophiques ». Il faut dire que voir la vidéo d’Erwan Le Corre (cherchez le sur YouTube – movnat), courant juste en short, pieds nus, à fond les ballons,  sur des sentiers rocailleux, plus vite que moi avec mes 1000 euros de matos sur le dos, ça fait un peu réfléchir (note personnelle : Thierry, ne t’inquiètes pas : je pense qu’un bon cardio / GPS c’est un super investissement et ça vaut le prix de quelques paires de pompes :-)).

Alors qu’est-ce que j’ai fait ?

Je cours sans t shirt; Quand on y pense, mettre un t shirt qui est censé évacuer la transpiration alors que si on en a pas elle s’évacue toute seule … et que, tout technique qu’il est, au bout de 20 minutes, de toute façon ça colle et c’est trempé et c’est désagréable… quel intérêt ? En plus, il se trouve que la vitamine D est fondamentale dans tout un tas de processus métaboliques, que la plupart des gens sont déficients (entre 70 et 80% aux US), et que la meilleure manière d’en fabriquer, c’est de s »exposer au soleil. Comme c’est proportionnel à la surface … en étant torse-nu je dois en fabriquer 2 ou 3 fois plus qu’en portant un t-shirt, alors pourquoi se priver ?  Confronter son corps au froid est une excellente manière de stimuler le système immunitaire, et accessoirement de bruler des calories. Indice : Michael Phelps consomme 12.000 calories par jour quand il s’entraine. Plus que n’importe quel athlète. Pourquoi  ? parce qu’il passe sa vie dans la flotte, froide, et que son corps met le métabolisme en mode turbo pour éviter l’hypothermie. On croit, à tort, que l’exposition au froid provoque les rhumes, mais c’est le contraire : la prolifération des bactéries et virus se produit dans les maisons chauffées, pas dehors. J’ai couru torse nu par -7° cet hiver et je n’ai pas attrapé de pneumonie. Après il y a une dimension pratique (plus la peine de se demander quel t shirt mettre), narcissique (ben oui, c’est cool de se sentir bien dans son corps et de le montrer, surtout quand on est affuté), et le petit challenge perso : est-ce que je vais réussir à courir tout l’hiver comme ça ? Et puis c’est cool de sentir le vent sur son corps, et les variations de température. Une de mes expériences sensuelles préférées est la sortie du sauna et le saut dans l’eau glacée, et il y a un peu de ça aussi …

Je cours sans chaussettes. Idéalement, je voudrais courir sans chaussures, mais la route est longue (joke). Là aussi, chercher les chaussettes, mal appariées (quelle femme de ménage sait qu’il y a des chaussettes droite et gauche pour les coureurs d’élite ? ). Avec un peu de talc au début, maintenant sans rien; pour un marathon ça fait un peu peur mais on verra dans quelques semaines. Il faut juste laver les chaussures de temps en temps.

Je n’utilise plus le Camelback. à moins de sortir plus de 2 heures, avec une hydratation correcte au début, je n’ai pas de problèmes. Et nettoyer un Camelback dans lequel on a mis des comprimés de BCAA, c’est vraiment casse pieds.

Je ne prends plus mon iphone.  Pendant longtemps j’écoutais France Inter le matin, en courant dans le Parc de Saint-Cloud, et puis le signal disparait, il faut s’arrêter, c’est chiant, on perd le rythme, et puis franchement écouter les nouvelles économiques le matin, c’est carrément déprimant … j’aime toujours autant écouter de la musique, mais quand on ne fait rien d’autre que courir quand on court, il se passe deux choses : on peut vraiment se concentrer sur ce qu’on fait (posture, foulée, juste être attentif à son corps) et se mettre en phase avec la nature. Un lever de soleil dans le parc de Saint-Cloud avec la brume du matin, ça vaut une messe en terme de spiritualité et de communion avec les éléments. Enfin, pour moi. Plusieurs études récentes montrent que l’exercice physique est d’autant plus efficace qu’on est concentré sur ce qu’on fait : il y a quelques années je faisait des heures sur un elliptique dans mon garage en regardant des films ou des cours de guitare  histoire de me dire que je ne perds pas mon temps – finalement ça envoie juste le message à notre corps que ce qu’on fait est tellement chiant qu’il faut occuper le cerveau avec autre chose. Il vaut sans doute mieux faire 20 minutes de fractionné intense dans la nature en regardant où on met les pieds qu’une heure de cardio dans son garage en pensant à autre chose.

En plus,  il y a un élément de méditation évident quand on court. L’idée de la méditation est de se concentrer sur un élément physique, respiration, perception des organes, pour laisser filer les pensées et les émotions, et c’est exactement ce qu’on fait quand on court, et on laisse les pensées aller et venir … et souvent des idées nouvelles émergent.

Je n’utilise plus de collants de compression. Enfin, si, pour la récup, de temps en temps. Je n’ai pas vu de différence avec ou sans (mais je ne cherche pas le dixième de seconde non plus …) et puis … c’est tellement moche 🙂 à moins de vouloir ressembler à un super-héros (mais j’ai passé l’âge et ne l’ai pas la cape qui va avec).

Bon voilà; quoi d’autre ? je cours toujours à jeun (mais ça pourra faire l’objet d’autre posts), en ayant bu un peu de flotte et un café avant de partir … et par contre j’ai toujours le cardio GPS, mais ça serait sans doute intéressant de faire quelques séances sans.

Bon … je n’ai pas encore testé le fait de courir totalement à poil dans le parc de Saint-Cloud, je ne voudrais pas me retrouver au poste, mais la nuit avec une lampe frontale … pourquoi pas ?

Bref, quand vous courez, courez. Nous sommes dans des vies tellement morcelées, avec une hyperstimulation chronique, où on passe d’un sujet à l’autre toutes les 3 minutes en moyenne, s’octroyer une heure coupé des éléments extérieurs et juste focalisé sur ce qui se passe entre soi et l’environnement est un gage de zenitude qui vaut le coup. In My Own Humble Opinion.

Cet article, publié dans Non classé, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Minimalisme

  1. benberg dit :

    Que dire, sinon que je te rejoins, je t’approuve (+++) sur la plupart des points? Sauf sur 3 (—). 😉
    « Je cours sans t shirt » +++ (La derniere fois que j’ai essaye a Longchamp, j’ai failli me mettre dessus avec un mec qui s’est foutu de ma gueule pour faire le beau devant les 3 nanas avec qui il courait… Faut dire qu’a l’epoque j’en transportais, de la graisse… 😀 )
    « Je cours sans chaussettes » +++ (Ca fait 40 ans que je cours, je n’ai jamais mis de chaussettes, ete comme hiver)
    « Je n’utilise plus le Camelback » +++ (2h comme limite, pareil, sauf s’il fait tres chaud : >22C)
    « Je ne prends plus mon iphone » +++ (je n’ai jamais ecoute de musique en courant, je suis 100% avec toi sur la cote meditatif — une de mes grosses motivations pour les sorties solo, et en ville j’aime etre ouvert — « mindful » — a ce qui se passe autour de moi, pas seulement pour des raisons de securite)
    « Je ne prends plus mon iphone » — (indispensable pour Strava Run et en backup RunKeeper! 😉
    « Je n’utilise plus de collants de compression » — je les utilise quand je reprends apres blessure. Au mollets ou aux cuisses, j’ai les 2 modeles. Pour moi ca fait une grosse difference. Et oui pour la recup, en les gardant au moins 2h apres la course.
    Cafe — (Jamais de cafeine pour moi, sauf dans les gels que je reserve aux fins de runs / rides quand le boost est vraiment bienvenu)

  2. Grégo dit :

    Jamais compris ceux qui courent avec un truc sur les oreilles !! Le temps passe tellement vite lorsque l’on est concentré sur soi, perdu dans ses pensées. Et parfois on peut ressentir cette « expérience flux » (comme le nomme un certain hongrois au nom imprononçable), c’est très fugitif – quelques secondes – cette sensation où l’on est tellement concentré sur son effort, que l’on ne ressent plus la douleur, que l’on ressent une sorte de légèreté. Courir sans aucun effort avec cette sensation de quasi extase…oui mais seulement quelques secondes.
    Le coup du « sans Tshirt » : quelle bonne idée (mais avec gant et bonnet quand même) ! Voilà qui va caresser dans le sens du poil mon côté cabotin ! Je t’envoie très vite une photo. 😉
    Tout pareil sur le reste. En revanche un peu de Whey protéine avant une sortie de fractionnés mais rien pour les sorties footings.

    • paleophilo dit :

      bah nous sommes tous un peu cabotins. Moi le premier, et tant mieux. C’est quand même mieux d’être OK avec le fait de montrer son corps plutôt que de le mettre en scène sous des artifices, ce que j’ai fait pendant bien trop longtemps. Fais péter une photo, ça me motivera pour faire des kettlebells 🙂

  3. Jeremiah dit :

    Je lis ton blog depuis hier et je suis déjà fan! Je vais commencer par lire les bouquins que tu cites avant d’aller courir à poil dans les rues :D. Merci pour ces superbes articles !

    • paleophil dit :

      Ha merci c’est toujours un grand plaisir pour moi de voir qu’un inconnu prend plaisir à lire ce que j’écris, et si ça peut te motiver pour courir (presque) à poil dans les rues, on peut faire un club 🙂

  4. J.F dit :

    Essayer de courir à poil, vous verrer c’est extra, de sentir la caresse du vent sur son corps, rien de sexuel dans tout ça. Un plaisir interne.
    Je ne cours nu qu’en nature et tôt le matin.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s